Menu Fermer

"Sang pour sang"

100 % frères Coen

Sang pour sang - affiche

titre original "Blood Simple"
année de production 1984
réalisation Joel Coen
scénario Joel Coen et Ethan Coen
photographie Barry Sonnenfeld
musique Carter Burwell
interprétation John Getz, Frances McDormand, Dan Hedaya, M. Emmet Walsh
récompenses • Prix de la critique au festival du film policier de Cognac 1985
• Prix de la critique au festival international de Paris du film fantastique et de science-fiction 1984
• Prix d'interprétation féminine pour Frances McFormand au festival de Paris 1984

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Le schéma du film noir, mais autre chose ; une parodie du genre, mais plus qu'une parodie ; bref, une œuvre inclassable. Son originalité tient au personnage du "privé" et à la composition qu'en donne M. Emmet Walsh.

La critique de Didier Koch pour Plans Américains

Pour leur première réalisation, les frères Coen, débarqués à Hollywood de leur Minnesota natal, décident d’emprunter un genre que certes ils affectionnent, mais qui surtout leur permettra de respecter le maigre budget que leur ont alloué River Road Productions et Foxton Entertainment. Avantage supplémentaire, le film noir, sous le vocable « néo noir », connaît un regain d’intérêt depuis que Lawrence Kasdan a fait, trois ans plus tôt, un tabac autant commercial que critique avec le très sulfureux "La Fièvre au corps". Kasdan a démontré que les codes du genre peuvent être bousculés sans dommage si l’on est suffisamment habile pour restituer l’atmosphère attendue par le spectateur.

Si le duo est uni à l’écriture, c’est Joel qui s’occupe plus précisément de la mise scène. Ethan se spécialisera très vite dans la production. Une manière pour eux de tenir les deux bouts de la corde créative. Pour ce coup d’essai qui pouvait aussi être un coup d’arrêt, ils vont rendre une copie quasi parfaite qui fait encore aujourd’hui hautement référence.

Si l’on veut parler de rupture des conventions avec "Sang pour sang", il faut d’emblée évoquer l’absence de la femme fatale, souvent synonyme de mante religieuse menant tout son monde jusqu’aux extrêmes criminelles. Les grands films noirs des années 1940 et 1950 ont sublimé nombre d’entre elles : Barbara Stanwyck dans "Assurance sur la mort" (Billy Wilder, 1944), Gene Tierney dans "Laura" (Otto Preminger, 1944), Rita Hayworth dans "Gilda" (Charles Vidor, 1946) ou "La Dame de Shanghai" (Orson Welles, 1947), Lana Turner dans "Le facteur sonne toujours deux fois" (Tay Garnett, 1946) ou encore Ava Gardner dans "Les Tueurs" (Robert Siodmak, 1946). La liste peut être déclinée de la même manière sur des films de série B qui ont proposé des substituts aux stars précitées. Même Lawrence Kasdan avec une Kathleen Turner incendiaire, cède à ce qui semble être un dogme incontournable.

Frances McDormand, qui incarne Abby, l’objet du jeu de massacre qui anime "Sang pour sang", sera au contraire candide jusqu’au bout, et si elle devient fatale pour les trois hommes du film, c’est à son corps défendant. La négation de cet archétype majeur semble à ce point invraisemblable que les trois mâles du film vont en permanence s’engager sur des fausses pistes, refusant d’imaginer autre chose que d’être chacun manipulé par Abby. Pour les frères Coen, la femme fatale ne relève peut-être que d’une construction fantasmatique de l’imaginaire masculin. Une jolie manière pour les deux frères de montrer que le code peut être appliqué en prenant une route en sens interdit. Une réelle transgression qui, par la magie de la mise en scène, peut passer inaperçue. Bizarrement d’ailleurs, la critique se laissera prendre au piège qui ne la relèvera presque jamais, préférant s’attarder sur les circonvolutions virtuoses de l’intrigue, qui font que chacun des personnages agit en aveugle en raison de ce qu’il cache aux autres, et sur les innovations visuelles détonantes proposées par Barry Sonnenfeld, le directeur de la photographie des deux frères.

Les acteurs sont bien sûr formidablement distribués, puis dirigés, comme ce sera toujours le cas tout au long d’une filmographie désormais riche de vingt longs métrages. Avec une mention particulière ici pour M. Emmet Walsh, sublime en détective libidineux et répulsif à souhait, ainsi que pour Dan Hedaya, le mari trompé dont la noirceur hirsute du regard glace le sang.

C’est sûr, il s’agit d’un début de carrière plus que prometteur. Les deux frères ont largement confirmé depuis, n’ayant que peu de semi-réussites à leur actif.

Référence

La réplique « Qui a l'air stupide maintenant ? » de M. Emmet Walsh provient à l'origine du célèbre film britannique "Tueurs de dames" (1955), dont les frères Coen réaliseront un remake en 2004 sous le titre "Ladykillers".

Affiche alternative de "Sang pour sang" © Tula Lotay (commande privée, 2019)
Sang pour sang - The Criterion Collection
Blu-ray et DVD The Criterion Collection de "Sang pour sang"

Le générique de "Sang pour sang" conçu par Dan Perri

Sang pour sang - générique