Menu Fermer

"Class 1984"

titre original "Class of 1984"
année de production 1982
réalisation Mark L. Lester
scénario Mark L. Lester
musique Lalo Schifrin
interprétation Perry King, Michael J. Fox

La critique de Pierre

Permettez-moi de vous parler de ce film bien sympa qu'est "Class 1984", réalisé par Mark Lester ("Commando", "Dans les griffes du dragon rouge").

Le film s'inscrit en plein dans la veine vigilante genre Bronson et consorts, sur le thème "la délinquance est partout". Sauf qu'ici, ça se passe dans un lycée, largement mis à mal par une bande de voyous malpolis (idée reprise plus tard dans "Le Proviseur", puis "Esprits rebelles" et sa Pfeiffer concernée face à un Coolio engagé).

Le héros est interprété par l'exceptionnel Perry King et sa gueule de bon ricain, qui a fait les heures de gloire de "Riptide" (et qu'on a revu récemment dans le rôle du Président dans "Le jour d'après"). Le man est un prof de ziquemu, qui arrive au lycée Lincoln pour faire face à une bande de mômes dégénérés menés par Stegman, joué par Timothy Van Patten, sorte d'ersatz d'époque de Sean Penn (reconverti depuis dans la mise en scène d'épisodes des "Soprano"). Problème : Stegman est un génie du piano ! Ça ne l'empêchera pas de faire plein de trucs dégueus à son prof de musique et de rendre ainsi l'affrontement inévitable. D'autant que, comme dans tout bon film de droite sécuritaire qui se respecte, la justice et la police sont totalement impuissantes, ces sales gamins étant protégés par des lois merdiques faites par des gauchos angéliques et inconscients ! Au final, tout ça se terminera assez violemment avec un règlement compte façon "Chiens de paille", assez bien mené.

Bref, vous l'aurez compris, "Class 84" fleure bon les années 80, se mate avec plaisir du début à la fin et reste même un peu en mémoire après.

Et si je vous dit qu'on y voit Michael J. Fox dans un de ses premiers rôles et que la chanson du générique est d'Alice Cooper, vous aurez compris qu'on a affaire à un truc assez cool.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

C'est un peu "Graine de violence" version années 1980. Un professeur plein de bons sentiments encaisse et encaisse encore les méchancetés de ses voyous d'élèves, mais quand on touche à sa femme... La scie circulaire électrique est effectivement un excellent outil pour lutter contre l'indiscipline.