Menu Fermer

"Barton Fink"

Hotel Earle : « A day or a lifetime »

titre original "Barton Fink"
année de production 1991
réalisation Joel Coen
scénario Joel et Ethan Coen
photographie Roger Deakins
musique Carter Burwell
interprétation John Turturro, John Goodman, Judy Davis, John Mahoney, Tony Shalhoub, Jon Polito, Steve Buscemi
récompenses • Palme d'or au festival international du film de Cannes 1991
• Prix de la mise en scène au festival international du film de Cannes 1991
• Prix d'interprétation masculine pour John Turturro au festival international du film de Cannes 1991

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Palme d'or au festival de Cannes en 1991, avec un prix d'interprétation pour John Turturro, ce film qui enthousiasma Polanski était trop dérangeant pour connaître un succès populaire comparable aux précédentes Palmes d'or.

Critique extraite de 50 ans de cinéma américain de Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon

Un dramaturge populiste genre Clifford Odets débarque à Hollywood en 1941 et s'installe dans un vieil hôtel aussi inquiétant (c'est, presque littéralement, l'enfer...) que celui de "Shining". Il doit alors faire face à la page blanche (son scénario pour Wallace Beery en catcheur ne dépassera pas le premier paragraphe), à un voisin de chambre imprévisible, à un producteur mégalomane et vociférant, à des policiers grossiers et antisémites (pour couronner le tout, il se réveille avec un cadavre dans son lit)... Du comique inoffensif, bien qu'insolite, des premières scènes, le film dérive progressivement vers le cauchemar, la fantasmagorie surréalisante, culminant dans l'embrasement onirique du couloir de l'hôtel. Michael Lerner est génial dans le rôle du producteur, amalgame de Jack Warner, Harry Cohn et Louis B. Mayer, et John Goodman trouve le rôle de sa vie dans le personnage de l'assureur peu rassurant. Quatrième film des frères Joel et Ethan Coen, "Barton Fink" est le plus original et le plus maîtrisé.

Couverture de juin 1991 de la revue Les Cahiers du Cinéma