Menu Fermer

"Le point de non-retour"

Dead man Walker

Le point de non-retour - affiche

titre original "Point Blank"
année de production 1967
réalisation John Boorman
scénario d'après le roman "Comme une fleur" ("The Hunter") de Richard Stark alias Donald E. Westlake
photographie Philip H. Lathrop
musique Johnny Mandel
interprétation Lee Marvin, Angie Dickinson, John Vernon
remake "Payback", Brian Helgeland, 1999

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Un thriller particulièrement violent, plein d'effets chocs et pimenté d'un zeste d'érotisme par la présence d'Angie Dickinson. Le film imposa Boorman.

La critique de Didier Koch pour Plans Américains

Le film qui propulsa John Boorman vers les sommets. Un thriller froid, déshumanisé, aux images sublimes qui rappellent un peu le style d’Hitchcock dans "Sueurs froides" ou "La mort aux trousses".

Comme toujours dans ces années 60, l’individu fait face à des organisations plus ou moins occultes dont on ne sait jamais très bien qui les dirigent. Lee Marvin est lui-même difficilement identifiable. D’où vient-il ? Quelle est sa profession ?

Toujours est-il qu’il est très en colère après avoir été dupé par son meilleur ami qui, en plus de sa part du butin, lui a pris sa femme. Et l’on sait bien qu’il ne faut jamais mettre Marvin en colère. Homme seul face à l’organisation, il en viendra à bout, ce qui est plutôt rare dans les films de cette époque où le héros est au final souvent broyé par la machine. Il faut dire qu’il a dans la manche la toujours délicieuse et sensuelle Angie Dickinson.

Une réussite du genre qui installe tout de suite Boorman parmi les grands. La suite ne démentira pas ce premier opus.

La critique de Sébastien Miguel pour Plans Américains

Film noir onirique et funèbre. Histoire de vengeance ou dernière construction délirante d’un cerveau qui s’éteint ?

Éclatement du récit (influence d’Alain Resnais), déviances psychédéliques (les projections terrifiantes sur le visage impassible de Lee Marvin), raccords surréalistes (la chambre de la femme de Walker qui se vide en deux plans), violence baroque (Walker ne détruit que des objets symboles de la société capitaliste américaine et ne tue volontairement personne).

Le réel s’efface dès le stupéfiant générique et l’œuvre glisse inexorablement vers le fantastique.

Même le diable vient y faire un tour : Keenan Wynn, méconnaissable, dont les apparitions confinent au cauchemar. Partition expérimentale et ensorcelante de Johnny Mandel et très belle photo du légendaire Philip H. Lathrop.

Angie Dickinson est superbe et John Vernon (dans son premier rôle) est particulièrement malfaisant.

Lee Marvin (qui offrit son soutien, sa confiance et son amitié à Boorman) y trouva le rôle de sa vie.

Un chef-d’œuvre.

Affiche alternative du "Point de non-retour" © Tony Stella

Le point de non-retour - générique