Menu Fermer

"La Nuit des juges"

Justice parallèle dans un astucieux thriller

La nuit des juges - affiche

titre original "The Star Chamber"
année de production 1983
réalisation Peter Hyams
scénario Peter Hyams
musique Michael Small
interprétation Michael Douglas, Hal Holbrook, Yaphet Kotto

Le titre original du film

Il fait référence à la Chambre étoilée (Star Chamber en anglais), une haute cour de justice apparue en Angleterre en 1487 et abolie en 1641, qui jugeait sans le concours d'un jury et sur le témoignage d'un seul témoin, sans aucune possibilité d'appel. Le nom de cette cour est aujourd'hui synonyme au Royaume-Uni de tribunal arbitraire.

La critique de Pierre

"La Nuit des juges" est un bien bon thriller américain, réalisé par Peter Hyams (du bon, "Capricorn One", et du moins bon, "La Fin des temps"), avec un splendide et jeune Michael Douglas.

Le pitch : le juge Hardin (Michael Douglas) en a plus qu'assez de devoir libérer des tueurs d'enfants et des meurtriers de tout poil en raison de vices de procédure. Il est pris dans des cas de conscience terribles. Jusqu'au jour où son mentor (Hal Holbrook) le met au parfum d'un secret bien gardé...

Globalement, l'idée, c'est de mélanger le courtroom drama* et le thriller avec une thématique à la "Magnum Force".

Bref, c'est du très bon cinéma américain, avec une très belle photographie, une mise en scène carrée, de bons acteurs excellemment castés, une bonne musique (Michael Small : "Driver", "Klute"), des thèmes intéressants, un suspense soutenu. C'est un divertissement haut de gamme pour le dimanche soir, quoi. Du moment qu'on ne le compare pas au "Verdict" de Sidney Lumet, bien sûr...

* film à procès

La nuit des juges - générique