Menu Fermer

"Magnum force"

« L'homme sage est celui qui connait ses limites exactes, Lieutenant. »

titre original "Magnum force"
année de production 1973
réalisation Ted Post
scénario John Milius et Michael Cimino
photographie Frank Stanley
musique Lalo Schifrin
interprétation Clint Eastwood, Hal Holbrook, David Soul
épisode précédent "L'inspecteur Harry", Don Siegel, 1971
 
épisodes suivants • "L'inspecteur ne renonce jamais", James Fargo, 1976
• "Le retour de l'inspecteur Harry", Clint Eastwood, 1983
• "L'inspecteur Harry est la dernière cible", Buddy Van Horn, 1988

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Eastwood veut une police efficace, mais dans les limites fixées par la loi. Il corrige un peu le tir de "L'inspecteur Harry". "Magnum force" est bien filmé, très violent, avec un nombre impressionnant de cadavres en tout genre et toute position.

Harry contre les nazis ! (la critique de Pierre)

Après le succès de "L'inspecteur Harry", il fallait une suite. Cette suite, ce sera ce "Magnum force", réalisé par Ted Post (un yes man), mais scénarisé par John Milius (Patrick Swayze contre les communistes aka "L'aube rouge") et Michael Cimino (Robert De Niro contre les Vietnamiens aka "Voyage au bout de l'enfer"). Le résultat est l'un des meilleurs policiers des années 70.

Le pitch : une série de truands de San Francisco se fait zigouiller par de mystérieux policiers en uniforme... L'inspecteur de police Harry Callahan va mener l'enquête...

Bon, ben, tout y est : les seconds rôles (Hal Holbrook, David Soul), la musique, Clint, tout est génial. C'est un vrai plaisir à regarder. C'est peut-être un poil trop long et un peu plus gentil, dans l'esprit, que l'épisode précédent.

Le but de cet épisode est clair. Après la polémique suscitée par le premier opus, Clint veut nous expliquer qu'il n'a rien d'un facho : la preuve, il combat des flics fanatiques. Quand ceux-ci lui demandent de les rejoindre, il leur répond cette phrase très claire : « I think you've misjudged me » (« Je crois que vous m'avez mal jugé »). Clairement une phrase que Clint a voulu adresser à certaines critiques, à mon humble avis. D'ailleurs, au cas où l'on n'aurait pas compris, Clint a même une aventure avec une jeune et jolie asiatique, ce qui, en 1973, est tout sauf un hasard.

Bref, ça a été diffusé 5 000 fois à la télévision, mais si je peux vous donner un conseil : matez-le encore une fois, ça passe tout seul.