Menu Fermer

"L.A. Confidential"


titre original "L.A. Confidential"
année de production 1997
réalisation Curtis Hanson
scénario Curtis Hanson et Brian Helgeland, d'après le roman éponyme de James Ellroy
photographie Dante Spinotti
musique Jerry Goldsmith
interprétation Kevin Spacey, Russell Crowe, Kim Basinger, Danny DeVito, James Cromwell, Guy Pearce
   
récompenses • Oscar du meilleur scénario adapté
• Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Kim Basinger
• Prix Edgar Allan Poe pour Curtis Hanson et Brian Helgeland

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Superbe adaptation du roman de James Ellroy, qui déclare à propos de l'œuvre de Curtis Hanson : « Je pense depuis longtemps que la littérature policière "noire" est l'histoire de méchants Blancs qui accomplissent des forfaits au nom de l'autorité. Le film dit la même chose avec une extrême clarté. »

La critique de Didier Koch

"L.A. Confidential" a tout du film consensuel dans le bon sens du terme. En effet, que peut rêver de mieux un amateur de polars ou de films noirs que cette descente dans les affres de la corruption de la police de Los Angeles, où Curtis Hanson infiltre sa caméra à travers l'ascension d'un jeune policier (Guy Pearce) qui saura déjouer toutes les chausse-trappes qui se dressent sur son chemin pour accomplir sa vengeance. Avec cette adaptation d'un roman de James Ellroy, nous avons là sans doute le meilleur film de corruption policière depuis "Chinatown" et la trilogie de Sidney Lumet "Serpico"/"Le prince de New York"/"Contre-enquête".

Curtis Hanson qui, depuis le début de sa carrière de réalisateur, officie dans le domaine du thriller et du polar, marie avec maestria tous les ingrédients d'un très bon film noir qui, tout en respectant le travail des aînés, insuffle la dose de violence réclamée par le public d'aujourd'hui. Action, corruption, érotisme, perversion, fraternité, dévouement, cupidité sont portés par un casting de haut vol au sein duquel Russell Crowe et Guy Pearce ("Memento"), deux acteurs encore débutants venus des antipodes, vont se faire remarquer pour accéder à la reconnaissance internationale.

Kim Basinger, tout à la fois femme fatale copie de l'actrice Veronica Lake et amoureuse sincère, montre ici une variété de jeu qui lui vaudra un Oscar. Kevin Spacey et Danny DeVito sont au rendez-vous dans leurs registres habituels. Quant à James Cromwell ("Babe"),  fils du réalisateur blacklisté John Cromwell, il est grandiose en capitaine cynique et froid qui manipule chacun de ses hommes selon ses penchants naturels.

Le film dure plus de deux heures, qui passent d'une traite. C'est bien là le signe d'une complète réussite. Il ne faut pas omettre de souligner la très belle photographie de Dante Spinotti qui avait accompagné Michael Mann pour "Le sixième sens" et "Heat".

On a beau chercher, tant sur la forme que sur le fond, il est vraiment très difficile de trouver une seule faiblesse  à "L.A. Confidential". Si vous ne l'avez pas encore vu, vous savez ce qu'il vous reste à faire.