Menu Fermer

"Furie"

titre original "The Fury"
année de production 1978
réalisation Brian De Palma
scénario John Farris, d'après son propre roman
musique John Williams
montage Paul Hirsch
interprétation Kirk Douglas, John Cassavetes, Amy Irving, Andrew Stevens, Charles Durning, William Finley, Dennis Franz, Daryl Hannah
rien à voir avec "Fury" de Fritz Lang, 1936

La critique de DVDClassik : cliquer ici.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Brian De Palma, période parapsychologique. Un policier bien filmé, avec une fin apocalyptique qui rehausse le niveau général du film.

La critique de Didier Koch

"Furie" est le premier film de De Palma pour un grand studio (la Fox) avec un budget confortable et un casting de luxe (Kirk Douglas et John Cassavetes). Il teinte astucieusement ce film d’espionnage paranoïaque d’une touche de paranormal avec l’allusion à la télépathie et surtout la télékinésie, thème central de son film précédent "Carrie" qui, un an auparavant, lui avait donné une exposition mondiale.

De Palma sait qu’il lui est offert une occasion unique d’entrer dans la cour des grands et il entend ne pas la laisser passer, quitte à user d’opportunisme. Pour faire bonne mesure et toujours dans l’optique de la séduction facile, De Palma s’est rappelé que John Cassavetes avait été le mari pactisant avec le diable du fameux "Rosemary’s baby", et il lui réserve donc un final pour le moins grandiloquent, censé mettre dans la poche du réalisateur les nombreux fans du film de Roman Polanski.

Le scénario, certes malin, laisse pas mal de zones d’ombres sur les personnages et les finalités de l’intrigue, notamment les dons exceptionnels du fils de Peter Sandza (Kirk Douglas), dont on ne saura jamais à quelle fin maléfique ils étaient destinés.

S’il parsème le film de petites scènes drolatiques du meilleur effet, De Palma cède un peu trop souvent à l’emphase visuelle comme ce ralenti racoleur lors d'une des scènes chocs du film, pour que son travail puisse être vu autrement que comme la manifestation de la roublardise d’un imposteur de talent qui aurait pu embrasser une carrière encore plus prestigieuse s’il n’avait pas cédé si souvent à un goût immodéré pour l’épate.

Heureusement, le cinéaste a quelquefois montré plus de rigueur pour ses films les plus charpentés ("Obsession", "Blow out", "Body double", "Scarface" ou "Snake eyes"). À voir donc avec un certain recul.

Photos de tournage

John Cassavetes, Brian De Palma et Amy Irving
Brian De Palma et Amy Irving

John Farris et Mary Ann Pasante