Menu Fermer

"Les naufragés du 747"

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme en catastrophe

Les naufragés du 747 - affiche

titre original "Airport '77"
année de production 1977
réalisation Jerry Jameson
photographie Philip H. Lathrop
interprétation Jack Lemmon, Joseph Cotten, Olivia de Havilland, Christopher Lee, George Kennedy, James Stewart, Lee Grant

Le titre du film

Le titre original fait référence à l'année de production du film ('77 pour 1977). Il y avait déjà eu "Airport 1975" pour "747 en péril" et il y aura ainsi "The Concorde... Airport '79" pour "Airport 80 Concorde".

Le titre français, lui, fait référence au modèle de l'avion de ligne dans lequel se déroule l'action du film : un Boeing 747. Les Boeing 747, de fait de leur taille impressionnante (et donc du nombre élevé de victimes en cas d'accident), ont souvent figuré au scénario de films américains à suspense jouant sur la peur des catastrophes aériennes. Peu de temps après le lancement des premiers appareils, ceux-ci ont été utilisés comme décor privilégié de différents films catastrophes, par exemple "Les naufragés du 747", donc, ou encore "747 en péril". On peut également citer "Air Force One", "Des serpents dans l'avion", "Moonraker", "58 minutes pour vivre", "La Guerre des mondes" et "2012".

La critique de Sébastien Miguel pour Plans Américains

Toujours produit par Jennings Lang.

Un léger mieux : budget plus important, casting plus prestigieux, mais une intrigue qui vire au film d’exploitation. Dans une recherche du spectaculaire à tout prix, les auteurs ont misé sur l’invraisemblable, l’improbable : un avion coule sans dégâts au fond de l’océan, mais menace de tomber dans une fosse abyssale…

Jack Lemmon assure avec conviction (le minimum syndical), et c’est toujours agréable de revoir James Stewart. Quelques relents ringards (c’est quand même la série "Airport"…) avec Lee Grant en impayable cougar alcoolisée, Monte Markham ridicule comme toujours et Christopher Lee qui nous gratifie d’une horrible grimace lorsqu’il apparaît noyé.

Anecdote édifiante : sans aucune conviction et avec une mauvaise volonté évidente, Kennedy traverse ce produit en dormant ; André Valmy (doubleur habituel de Kennedy et certainement pas dupe de la plaisanterie) préfère doubler le pauvre type qui joue le commandant du cuirassé…

Un navet, certes, mais le pire restait à venir avec "Airport 80 Concorde".

Les naufragés du 747 - générique

FilmsFantastiques.com, L'Encyclopédie du Cinéma Fantastique
La chronique de Gilles Penso