Menu Fermer

"Le Vent de la plaine"

Le vent de la plaine - affiche

titre original "The Unforgiven"
année de production 1960
réalisation John Huston
scénario Ben Maddow, d'après le roman "The Unforgiven" de Alan Le May (1957)
photographie Franz Planer
musique Dimitri Tiomkin
production James Hill
interprétation Burt Lancaster, Audrey Hepburn, John Saxon, Charles Bickford, Lillian Gish

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Ce western fut accusé en son temps de racisme, alors que Huston montre justement que la couleur de la peau compte moins que les affinités personnelles. Huston respecte la règle du jeu westernien. Brillante distribution avec deux vétérans : Lillian Gish et Charles Bickford.

Critique extraite du Cinéma américain 1955-1970 de Freddy Buache

Pour la première fois, John Huston s'attaque à un western traditionnel. Il s'en tire très bien ; d'emblée, il s'impose un ton personnel, puis d'un bout à l'autre, il maintient l'œuvre dans le climat qu'il aime. Certaines faiblesses du scénario et un montage qu'il n'a pas pu contrôler avec une attention suffisante l'entraînent à relâcher le rythme au cours de la deuxième moitié qui, par moments, tourne à la confusion. Mais comme l'œuvre n'a pas l'ambition d'être un grand drame psychologique, on ne saurait reprocher à l'auteur de laisser se figer dans la convention le caractère des personnages, notamment celui des comparses. Car les qualités du récit se situent ailleurs : dans la vibration de l'air et des feuillages, dans la fraîcheur de l'eau, dans les rires ou les sourires, dans un geste, une main qui caresse l'encolure d'un cheval, un coup de poing foudroyant l'adversaire, c'est-à-dire généralement dans la présence physique des rapports de l'homme à la nature, du cavalier avec sa monture, du cow-boy avec son troupeau ou des êtres humains entre deux.
(...)

La presse française de l'époque

Extrait de la critique consacrée au "Vent de la plaine" dans les Cahiers du cinéma no 112 (octobre 1960)

Huston aborde donc, après tant d'autres, le problème racial. Mais moins chanceux ou moins clair, il s'est vu accuser d'avoir commis une œuvre raciste. Or, il convient d'abord de remarquer que son propos a été tronqué, le rôle de John Saxon ayant été coupé au montage. Il incarnait un Portugais que chacun considère comme un Indien. Mais de toute façon, le point de vue de Huston est clair : la couleur de la peau ne signifie rien, seules comptent les affinités avec une civilisation.

Du roman à l'écran

"Le Vent de la plaine" est la deuxième adaptation cinématographique d'un roman de l'écrivain américain Alan Le May (1899-1964). Quatre ans plus tôt, John Ford réalisait en effet "La Prisonnière du désert", d'après le roman "The Searchers" (1954).

Le vent de la plaine - affiche française
Affiche française du "Vent de la plaine" © Boris Grinsson

Le vent de la plaine - générique