Menu Fermer

"La Cible"

Le premier film de Peter Bogdanovich

La Cible - affiche

titre original "Targets"
année de production 1968
réalisation Peter Bogdanovich
scénario Peter Bogdanovich (et Samuel Fuller, non crédité)
montage Peter Bogdanovich (non crédité)
photographie László Kovács
production Peter Bogdanovich
interprétation Boris Karloff, Tim O'Kelly, Peter Bogdanovich

La critique de Sébastien Miguel pour Plans Américains

Parfaitement symptomatique du Nouvel Hollywood.

Série B passablement fauchée (certaine scènes furent tournées sans prise de son directe) et œuvre de cinéphile : Bogdanovitch cite Hawks, Hitchcock, Corman et les vieux films de la Universal. Pourtant, le cinéaste illustre, dans le même temps, l’horreur absolue : l’affaire Charles Whitman qui traumatisa l’Amérique de 1966. Deux itinéraires : le parcours terrifiant du tueur au visage d’enfant (Tim O'Kelly, lisse et glaçant) et les adieux d’un vieil acteur qui décide de prendre sa retraite (Boris Karloff absolument magnifique dans un dernier rôle inspiré de sa vie).

Le jeune cinéaste se vit offrir (gracieusement) les services de Samuel Fuller, qui apporta tout son talent à la mécanique narrative implacable.

Les scènes de meurtres, atroces, illustrent sans complaisance la démence froide du personnage principal et… l’aberrante législation américaine qui permet à des malades mentaux de s’armer en toute impunité.

Réflexion puissante sur la violence, "La Cible" offre aussi une deuxième lecture passionnante : est-il encore possible, dans notre société gangrenée par l’image consommation-marchandise, de faire la différence entre la réalité et sa représentation ?

Un premier film magistral.

L'affaire Charles Whitman

Charles Whitman est connu pour avoir perpétré le massacre du campus de l'Université du Texas à Austin le matin du 1er août 1966, faisant 16 morts et 32 blessés. Parmi les 16 tués, sa mère (étranglée), sa femme (poignardée) et un fœtus de 8 mois.

En sus de "La Cible", cette affaire est citée dans :
- un téléfilm de 1975, "The Deadly Tower", qui retrace les dernières heures de Whitman incarné par Kurt Russell ;
- "Full Metal Jacket", l'instructeur apprenant aux recrues que Whitman était devenu tireur d'élite après son passage chez les Marines ;
- "Tueurs nés", le personnage interprété par Tom Sizemore ayant été témoin du meurtre de sa mère par Whitman.

Couvertures des numéros du 12 août 1966 des magazines Time et Life
© Matt Needle