Menu Fermer

"Valdez"

titre original "Valdez is coming"
année de production 1971
réalisation Edwin Sherin
scénario d'après le roman d'Elmore Leonard
interprétation Burt Lancaster, Susan Clark

La critique de Sébastien Miguel

Le désert d'Almeria, une horde de sbires patibulaires, un budget famélique... Et une star vieillissante. Presque déchue. Tout dans "Valdez" respirait l'ersatz rance des westerns All'italiana déjà sur le déclin. Pourtant, grâce à l'histoire d'Elmore Leonard, la sobriété de la mise en scène d'Edwin Sherin et l'interprétation remarquable de Burt Lancaster, "Valdez" est (miraculeusement) bien plus qu'un simple produit.

Lancaster entamait avec ce film obscur (et très réussi) une trilogie sur la mort de l'Ouest. Suivront "L'homme de la loi" (1971) et l'admirable "Fureur apache" (1972).

Plus que de vengeance, c'est bien d'honneur dont il s'agit. Une ligne de conduite implicite inhérente à tous les héros de l'Ouest d'antan. Bien sûr, crépuscule oblige, Lancaster n'est plus le WASP athlétique des westerns des années 40, mais un Mexicain moustachu avec quelques kilos en trop. Selon ses adversaires : 'un métèque'. Pourtant, Bob Valdez veut aider une jeune indienne. Quelques dollars à faire cracher à un homme richissime responsable de son malheur. Mais on lui refuse les billets, on l'insulte, on l'humilie… et on le crucifie ! Furieux, le vieil homme sort ses vieux habits de traqueurs d'indiens et déclare une véritable guerre. Violente, absurde et suicidaire. Pour l'honneur, juste pour l'honneur. De la veuve, des métèques et de toutes les classes inférieures éternellement spoliées…

L'étonnante fin ouverte (particulièrement inhabituelle pour un western) renforce encore l'originalité de ce film oublié.