Menu Fermer

"Midnight run"

Robert De Niro has to get the FBI off his case, the mob off his trail, and Charles Grodin off his back!

titre original "Midnight run" *
année de production 1988
réalisation Martin Brest
scénario George Gallo
musique Danny Elfman
interprétation Robert De Niro, Charles Grodin, Yaphet Kotto, Dennis Farina, Joe Pantoliano,
John Ashton, Philip Baker Hall, Richard Foronjy, Robert Miranda

* signifie en argot « mission facile »

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Sur un scénario qui évoque les vieux westerns, un agréable polar que n'a pas dédaigné Robert De Niro qui donne à son personnage une épaisseur inhabituelle dans le genre.

La critique de Sébastien Miguel

Un chasseur de primes super délavé (De Niro touchant en looser sympathique) se voit confier pour mission de retrouver un ex-comptable de la mafia (Charles Grodin, juste extraordinaire).

Scénario exceptionnel de George Gallo ("Mafia salad...") développant une multitude de seconds rôles : Joe Pantoliano est formidable en prêteur sur gages miteux, John Ashton ("Le flic de Beverly Hills", "Le flic de Beverly Hills 2") est un hilarant rival de De Niro ; on adore aussi le personnage d’Alonzo Mosely (Yaphet Kotto, grandiose) toujours ridiculisé par le héros ; on notera, pour souligner la richesse et la réussite du film, l’excellente caractérisation de Richard Foronjy et Robert Miranda en brutes de la mafia ; quant à Dennis Farina ("Le Solitaire", "Le sixième sens"), à la fois drôle et glaçant, il reste l’un des meilleurs parrains jamais vus sur un écran !

Film noir à la limite de la parodie, "Midnight run" bascule peu à peu vers le road movie introspectif : les personnages acquièrent, au fils de délectables péripéties, une dimension et une épaisseur étonnantes. De Niro se livre à quelques facéties que Martin Brest a le bon goût de ne pas couper ! Brest qui maîtrise de bout en bout sa production : rythme, maîtrise de la narration, psychologie des personnages, numéros d’acteurs…

Mise en scène sobre et particulièrement classieuse, partition truculente (mélange de rock et de musique cajun) de l’immense Danny Elfman.

Bien au-delà du film d’action ou du buddy movie made in 80’s, "Midnight run" s’impose comme une réussite magistrale.