Menu Fermer

"Inglourious basterds"

titre original "Inglourious basterds"
année de production 2009
réalisation Quentin Tarantino
scénario Quentin Tarantino
photographie Robert Richardson
interprétation Brad Pitt, Christoph Waltz, Mélanie Laurent, Eli Roth, Diane Kruger, Michael Fassbender, Daniel Brühl, August Diehl, Mike Myers
 
récompenses • Oscar du meilleur acteur dans un second rôle pour Christoph Waltz
• Prix d'interprétation masculine pour Christoph Waltz au festival de Cannes 2009

La critique de Pierre

Ça faisait longtemps qu'on attendait que Tarantino fasse un bon film : c'est fait. On n'est d'ailleurs pas passé loin du grand film, mais les défauts habituels de Tarantino restent : sa complaisance invraisemblable avec lui-même et ses dialogues, pour commencer.

C'est dommage, parce que "Inglourious basterds", contrairement à l'affreux "Boulevard de la mort", est conçu avec soin et talent (photo de Robert Robertson, l'opérateur de Stone, qui inonde le film de sa lumière blanche). Il y a de bonnes, voire de très, très bonnes scènes là-dedans. L'ensemble est presque cohérent (rare chez QT), il s'en fallait de peu, mais QT préfère nous faire une enfilade de "grandes scènes" (chapitrées) plutôt qu'un simple film avec de grands personnages (il y avait matière). Dommage.

Côté influence, c'est très étonnant. Je m'attendais à ce qu'on cite surtout "Les 12 salopards" et ses versions bis italiennes (le "Inglorious bastards" de Castellarri auquel QT emprunte le titre). Mais force est de constater, à mon humble avis, que la grande influence de "Inglourious basterds" semble être le "Carrie" de De Palma, brillamment réinterprété.

Reste que c'est à voir. En dépit de ses réels défauts, c'est le meilleur QT depuis "Jackie Brown", facile, et sans doute dans le top 10 de 2009.

Minimalist poster by Gidi Vigo
Couverture des Cahiers du cinéma de juin 2009