Menu Fermer

"Sully"

Sully - affiche

titre original "Sully"
année de production 2016
réalisation Clint Eastwood
scénario Todd Komarnicki
photographie Tom Stern
musique Christian Jacob et Tierney Sutton Band
interprétation Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney

La critique de Didier Koch pour Plans Américains

Tout le monde se souvient du sauvetage de l'Airbus A320 du vol 1549 de US Airways par son pilote qui, le 15 janvier 2009, prit l'initiative de poser son avion en panne de ses deux réacteurs sur le fleuve Hudson plutôt que de tenter un improbable retour à La Guardia. En prenant cette décision qui était obligatoirement la bonne, puisqu'elle sauva la vie de 155 personnes, le commandant de bord Chesley Sullenberger dit Sully ne s'imaginait pas être au centre d'une polémique venant des compagnies d'assurance, toujours peu enclines à payer sans tenter de remettre en cause par tous les moyens juridiques possibles leurs obligations contractuelles. La décision prise par le pilote était-elle la bonne ? Aurait-il pu poser sans dommage son avion sur une piste proche ?

Clint Eastwood s'intéresse depuis quelque temps déjà aux héros de l'Amérique pour lesquels l'ingratitude fait souvent place à la gloire éphémère. Cette démarche prend sans doute sa source dans le difficile le retour à la vie civile des GI's suite au fiasco du Vietnam dénoncé à maintes reprises par le Nouvel Hollywood dans des films devenus cultes. Dans son film précédent, "American Sniper", il s'intéressait au curieux et tragique destin de Chris Kyle, GI devenu célèbre pour avoir abattu 255 cibles sur différents fronts au Moyen Orient qui finira assassiné sur un stand de tir peu après son retour au pays. À ce héros aux motivations ambivalentes, succède en contrepoint Sully, archétype du good guy équilibré qui ne souffre à priori aucune contestation.

Le réalisateur, qui est depuis longtemps un vétéran, se demande ce qu'est en train de devenir son pays en perte de ses valeurs portées dans le passé haut et fort par le média qui est le sien et souvent relayées par le monde politique. Avec son savoir faire empreint d'une sobriété qui n'est plus à démontrer, Eastwood ne s'engouffre pas dans le film catastrophe qui lui tendait les bras, mais en utilise les ingrédients pour scander la partie juridique qui se joue juste après le sauvetage sur l'Hudson, très peu relayée par les médias américains et européens qui n'avaient qu'yeux de chimère pour ce héros qui permettait à New York de mettre un peu de baume sur la plaie jamais refermée de la tragédie du World Trade Center.

Tom Hanks, pour la première fois en collaboration avec Eastwood, apporte le dépouillement de son jeu pour laisser transparaître la grande humilité de Sully qui, jusqu'à sa réhabilitation complète, s'interroge en professionnel accompli qu'il est sur la justesse de sa décision.

À plus de 85 ans, l'homme au poncho, s'il ne veut plus apparaître à l'écran, a toujours le même souci d'allier divertissement et expression de ses convictions profondes sur les principes qui doivent régir une vie d'homme (au sens large). Certes ici, le sujet était propice. Encore fallait-il l'aborder sous le bon angle. Mission accomplie ?

Sully - So Film
Couverture du numéro 46 du magazine So Film
Affiche alternative du film © Pete Majarich

Sully - affiche

Sully - générique