Menu Fermer

"Misfits - Les Désaxés"

Misfits - affiche

titre original "The Misfits"
année de production 1961
réalisation John Huston
scénario Arthur Miller
photographie Russell Metty
musique Alex North
interprétation Clark Gable, Marilyn Monroe, Montgomery Clift, Thelma Ritter, Eli Wallach

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

À sa sortie, le film fut mal accueilli en raison du scénario jugé trop littéraire d'Arthur Miller. Puis l'œuvre devint mythique, sorte de film maudit : Gable mort deux mois après la sortie du film, le suicide de Marilyn Monroe, la disparition de Clift... Les Misfits offraient un dénouement hustonien, un échec final collectif des acteurs-personnages. Le film n'est pas d'ailleurs sans qualités et la chasse aux mustangs est un grand moment de cinéma.

La critique de Sébastien Miguel pour Plans Américains

Hors caméra : un mariage à la dérive, une superstar toxicomane, une chaleur étouffante à Pyramid Lake et les plus grands photographes du monde.

Devant la caméra : une critique impitoyable de l'Amérique, de sa folie consumériste, de sa soif infantile de mythes et de sa dureté envers les 'misifts', inadaptés en pleine errance existentielle tels cette danseuse hypersensible, ce vieux cowboy pétri de contradictions et cet as du rodéo au visage cabossé. Autant de figures, de parangons que le Nouvel Hollywood allait approfondir une décennie plus tard, et dont les héros de cette œuvre mythique semblent être les parents directs.

La mise en scène de John Huston alterne avec brio les morceaux de bravoure surdécoupés (montés par George Tomasini) et les longs plans séquences sondant les âmes (la conversation téléphonique de Clift avec sa mère, la réconciliation des deux amants). La danse de Marilyn autour de l'arbre, l'indien muet et immobile au milieu de la rue, l'étoile finale : autant d'instants saisissants.

Lancinante partition jazzy d'Alex North et magnifique photo noir et blanc de Russell Metty.

Clift, Wallach (dans un rôle très ingrat) et Thelma Ritter sont formidables. Clark Gable, en super macho vieillissant mais réalisant brutalement la vacuité de son existence, y trouva certainement le rôle de sa vie. Désacralisée, perdue et éperdue, Marilyn Monroe est époustouflante.

L'un des films les plus vibrants de l'histoire du cinéma.

Marilyn Monroe photographiée par Inge Morath
Affiche française de "Misfits - Les Désaxés" © Roger Soubie

Misfits - générique