Menu Fermer

"Conjuring 2 : Le cas Enfield"

3e film de l'univers cinématographique Conjuring

Conjuring 2 - affiche

titre original "The Conjuring 2"
année de production 2016
réalisation James Wan
photographie Don Burgess
musique Joseph Bishara
interprétation Patrick Wilson, Vera Farmiga, Franka Potente
épisode précédent "Conjuring : Les dossiers Warren", James Wan, 2013
épisode suivant "Conjuring : Sous l'emprise du Diable", Michael Chaves, 2021

La critique de Didier Koch pour Plans Américains

James Wan, depuis l'énorme succès de "Saw" en 2004, habilement décliné en six suites qu'il a produites sans se risquer à les réaliser lui-même, est considéré à Hollywood comme le petit génie du film d'horreur. Le jeune homme pas encore quarantenaire, outre maîtriser tous les codes du genre, sait parfaitement sentir l'air du temps. "Saw", au début des années 2000, avait réussi à prendre la tête du courant gore qui allait faire florès durant quelques années. Sentant que le surnaturel revenait à grand pas avec la réussite de la saga "Twilight" (Catherine Hardwicke), qui relançait le mythe du vampire en le nappant de romance, Wan se propose de ressusciter celui de la maison hantée.

Depuis Robert Wise et son film mythique "La Maison du diable" en 1963, ce mythe revient à intervalles réguliers apeurer les âmes sensibles. Ainsi, "Amityville, la maison du diable" de Stuart Rosenberg en 1979 ou "Les Autres" d'Alejandro Amenabar en 2001, remake des "Innocents" de Jack Clayton, adaptation du "Tour d'écrou" d'Henry James. À son tour, le found footage, avec la saga "REC" de James Balaguero (2007), suivie de la saga "Paranormal Activity" d'Oren Peli en 2009, s'empara du genre avec beaucoup de succès, mais aussi une qualité dangereusement rachitique de ses scénarios.

James Wan, à travers deux franchises, "Insidious" et "Conjuring", choisit de revenir aux fondamentaux en les actualisant à la demande du spectateur d'aujourd'hui, qui en veut toujours plus pour son argent. Les jump scare (procédé consistant à faire sursauter le spectateur) sont ainsi systématiquement recherchés par Wan afin de tenir la promesse attendue. Connaissant suffisamment son affaire, James Wan parvient le plus souvent à remplir son cahier des charges avec talent.

Cette suite de "Conjuring : les dossiers Warren" reprend la même trame, s'inscrivant dans une continuité narrative habilement orchestrée, qui transporte le couple de parapsychologues joués par Patrick Wilson et Vera Farmiga en Angleterre, pour résoudre, à la demande de l'église, un cas similaire à celui d'Amityville dans une banlieue frappée de plein fouet pas la purge thatchérienne. Rien de très neuf donc, et même plutôt une impression de répétition de la part de Wan et de ses scénaristes, qui se contentent de ressasser les effets déjà employés avec efficacité dans le premier opus. Wan a beau tenter d'agrémenter son propos d'une imagerie old school de bon aloi et de quelques personnages iconoclastes comme le parapsychologue local à l'allure "burtonienne" joué par Simon McBurney, on reste un peu sur notre faim.

Gageons que James Wan, en fin limier qu'il est, laissera d'autres abîmer la franchise à sa place pour mieux se relancer ailleurs en son propre nom.

Conjuring 2 - générique

FilmsFantastiques.com, L'Encyclopédie du Cinéma Fantastique
La chronique de Gilles Penso