Menu Fermer

"Stay"

titre original "Stay"
année de production 2005
réalisation Marc Forster
interprétation Ewan McGregor, Naomi Watts, Ryan Gosling, Bob Hoskins

La critique de Didier Koch

"Stay" est un thriller étrange construit autour de l'état hypnagogique d'un jeune homme (Ryan Gosling) resté entre la vie et la mort après un accident de la route. Les délires nés de ces états de semi-conscience sont toujours intrigants, notamment dans le cas précis du passage de la vie à la mort.

Sur le sujet, plusieurs films brillants ont été réalisés, dont les plus marquants restent sans aucun doute le sublime "Vampyr" de Carl Theodor Dreyer (1932), "La femme au portrait" de Fritz Lang (1944) ou encore "Au cœur de la nuit", film à sketches britannique de 1945 (Charles Crichton, Basil Dearden, Alberto Cavalcanti, Robert Hamer). En 1999, Night Shyamalan en donna une approche virtuose avec "Sixième sens".

L'idée de profiter de cet état second inexpliqué et mystérieux est alléchante, mais risquée, car le réalisateur doit réussir la prouesse de dérouter le spectateur tout en le conservant avec lui jusqu'au bout du voyage. Marc Forster a un peu raté cette gageure, son film devenant à un moment un peu trop hermétique malgré les efforts tentés en disséminant ici et là des indices quelquefois un peu lourds.

Le problème provient justement du fait que très rapidement, Forster nous mettant trop évidemment sur la voie, on ne croie pas à la véracité de ce qui arrive à Henry. Le mystère de l'hallucination hypnagogique réside dans le fait que le retour à l'éveil s'accompagne d'une courte confusion mentale qui nous fait nous demander si le rêve n'était pas réalité. Contrairement à ses prédécesseurs, Forster a rompu le charme.

"Stay" brille donc essentiellement par le jeu de ses acteurs principaux, tous les trois très convaincants, même si Ryan Gosling, au physique encore poupon, est parfois un peu agaçant avec son regard par-dessus la ligne d'horizon chapardé à Brando, dont il a fait depuis un des éléments principaux de son jeu.