Menu Fermer

"Seven"

Paresse. Orgueil. Gourmandise. Luxure. Avarice. Colère. Envie.

titre original "Se7en"
année de production 1995
réalisation David Fincher
scénario Andrew Kevin Walker
photographie Darius Khondji
musique Howard Shore
maquillage Rob Bottin
interprétation Brad Pitt, Morgan Freeman, Gwyneth Paltrow, Richard Roundtree, Kevin Spacey
récompense Prix au festival international du film de Porto 1996

La chronique de Gilles Penso : cliquer ici.

La critique de Pierre

J'ai décidé de revoir 5 minutes de "Seven" samedi soir avant de m'endormir... et je l'ai vu en entier jusqu'à 6 heures du mat'. Je sais bien que c'est une banalité mais... QUELLE BALLE ABSOLUE !!!!!!!!!!

Comme "L'Exorciste", j'ai bien peur que "Seven" n'engendre rien et reste un météore, jamais fait avant, jamais refait depuis (la comparaison avec "L'Exorciste" n'est pas fortuite, parce que tout de même, Fincher doit beaucoup à Friedkin).

Mes phrases préférées du moment :
- "My badge says detective, it's the same as yours" ;
- "Is that what you're doing? God good's work? / the lord works in mysterious ways" ;
- "Detectiiiiiiiive ...you're looking for me".

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Éblouissant thriller : mise en scène brillante et scénario démoniaque, interprétation excellente et suspense garanti. Les 20 dernières minutes tiennent le spectateur en haleine comme aucun film ne l'avait fait jusqu'alors.

Commentaire du chef-opérateur Darius Khondji
(source : entretien réalisé par Didier Verdurand en 2007 pour le site ecranlarge.com)

J'ai rencontré David Fincher sur une pub pour Nike tournée en France. Le tournage a été très lourd et compliqué, mais nous nous sommes bien entendus sans que j'imagine un instant qu'il m'appelle pour me proposer "Seven". J'ai immédiatement accepté malgré la peur des barrages de syndicats américains. J'avais connu cette mésaventure avec "Kalifornia" que je devais éclairer et n'avais pas pu parce que je n'avais pas d'agent américain, je ne faisais pas partie d'un syndicat, etc. Là, David Fincher a tenu bon face au studio et a réussi à me faire engager malgré les difficultés que cela imposait. Je n'ai pas revu "Seven" depuis des années. Ce fut un plaisir et une douleur incroyables de le faire. C'est un film très difficile à sortir de soi, surtout pour David qui souffrait énormément à l'époque à cause de problèmes personnels.