Menu Fermer

"Overlord"

titre original "Overlord"
année de production 2018
réalisation Julius Avery
scénario Billy Ray et Mark L. Smith
musique Jed Kurzel

La critique de Didier Koch

Julius Avery est un jeune réalisateur passé par le court métrage. Domaine dans lequel il récolte plusieurs récompenses, notamment à Cannes, lui permettant en 2016 de réaliser un premier long métrage ("Son of a Gun" en 2014), qui passe inaperçu. En 2017, il est contacté par Bad Robot Productions, la société créée par J.J. Abrams, pour réaliser un film de zombies se déroulant dans le contexte du débarquement des troupes américaines en 1944 sur les côtes normandes.

Écrit par Bill Ray, qui commence à se faire un nom à Hollywood ("Fight Plan", "Jeux de pouvoir", "Hunger Games", "Capitaine Phillips"), le scénario, qui ne fait certes pas dans la nuance, utilise assez adroitement le goût prononcé des nazis pour les expériences scientifiques les plus indicibles, afin de plonger un commando de GI's, hétéroclite comme il se doit, dans l'enfer d'un village normand devenu justement terrain d'expérimentation in vivo.

N'étant pas chez Steven Spielberg ou Christopher Nolan, il ne faut bien sûr pas prêter attention à la vraisemblance historique sous peine d'être terriblement déçu. Idem pour les moyens, qui n'ont rien à voir avec ceux d'un blockbuster, même si les effets spéciaux sont plutôt immersifs. Comme on dit, "ça défouraille sec !", et les nazis sont parfaitement détestables, notamment leur chef (Pilou Asbaek), qui livre un combat homérique au lieutenant Ford interprété par Wyatt Russell au physique rappelant celui du jeune Nick Nolte.

On l'aura compris, "Overlord", qui ne donne pas plus que ce qu'il promet, réjouira les fans de films de zombies qui n'ont plus si souvent, depuis la disparition du grand George A. Romero, l'occasion de se délecter des exploits de leurs "héros" favoris.