Menu Fermer

"La grande attaque du train d'or"

titre original "The first great train robbery"
année de production 1978
réalisation Michael Crichton
scénario Michael Crichton, d'après son propre roman "Un train d'or pour la Crimée"
photographie Geoffrey Unsworth
musique Jerry Goldsmith
interprétation Sean Connery, Donald Sutherland, Lesley-Anne Down
 
récompense Prix Edgar Allan Poe pour Michael Crichton

La critique de Pierre

C'est le troisième film réalisé par Michael Crichton, après "Mondwest" et "Morts suspectes".

Le pitch : en 1855, un grand bandit (Chaune Connewy), aidé par un cambrioleur expert (Donald Sutherland), met en place un plan pour voler des lingots d'or transportés par une banque dans un train vers la Russie.

C'est magnifique. Enlevé. Pétillant. Distrayant. Rythmé. Drôle. Passionnant. Léger. Visuellement somptueux. Vraiment. C'est un plaisir quasi-constant que de voir ce film. Les acteurs sont splendides. Ce n'est pas un scoop, mais Connery est tout simplement impressionnant et beau comme un lion, dans un rôle qui lui va comme un gant. Donald Sutherland est le parfait sidekick. Lesley Anne-Down est belle et rigolote. Le scénario est un modèle du genre, avec toute une série de braquages divers et variés (un peu comme un "Mission : impossible" d'époque). L'attaque du train, notamment, contient quelques cascades dignes du Belmondo de "Peur sur la ville", qui conservent tout leur impact aujourd'hui.

Les dialogues sont géniaux. J'adore la scène du procès à la fin, où un vieux juge ridicule s'emporte contre Connery en lui demandant : « Mais qu'est-ce qui a bien pu vous amener à commettre un crime aussi méprisable et scandaleux ? ». Réponse de Connery en VO , l'air candide et étonné, un demi-sourire aux lèvres : « I wanted the money! ». C'est génial. Il y a bien un moment un peu plus sombre dans le film : les héros sont mouchardés par l'un des leurs et font assassiner la "balance". Ça m'a surpris, car c'est un peu en rupture de ton avec un ensemble très léger, où il n'y a pas de mort. Ça ne change rien au fait que ce film est un divertissement quasiment parfait. Crichton réalisateur : ça touche grave.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Astucieux au niveau du thriller et brillamment mis en scène.