Menu Fermer

"La dernière maison sur la gauche" version 1972

It's only a movie... it's only a movie...

titre original "Last house on the left"
année de production 1972
réalisation Wes Craven
interprétation David Hess
version précédente "La Source", Ingmar Bergman, 1960, Suède
remake "La dernière maison sur la gauche", Dennis Iliadis, 2009

La chronique de Gilles Penso : cliquer ici.

La critique de Pierre

"La dernière maison sur la gauche", c'est le premier film de Wes Craven, cinéaste aujourd'hui détesté par les fans de films d'horreur pour cause "Scream", "Cursed", etc.

C'est un survival assez crado, avec images granuleuses et acteurs inconnus, typiques 70's. Mais ce n'est pas le film traumatisant qu'il était peut-être à l'époque, et qu'on essaye de nous vendre comme tel aujourd'hui. Ça garde tout de même un certain impact, ceci dit.

Attention, spoiler ! Le pitch : deux jeunes meufs se font kidnapper par une bande de criminels sexuels malade mentaux, dont le leader est assez effrayant. Ça finira très mal pour elles deux. Mais ce qui semble intéresser beaucoup plus Craven, c'est la seconde partie, où les parents se vengent des criminels.

Ça vire aux "Chiens de paille" avant l'heure (puisque c'est antérieur de 4 ans), dans lequel les gens civilisés se vautrent dans la violence la plus cradingue. C'est aussi une vision de la cellule familiale qui se désagrège et de la fin des idéaux du flower power. Enfin, c'est comme ça que je l'interprète, mais on peut en dire un peu tout et n'importe quoi. En tout cas, il y a une claire parenté avec le rape revenge movie type "Œil pour œil", dont j'ai parlé dans un sujet assez définitif sur la question.

Craven fera bien pire par la suite, notamment 2 ans plus tard avec "La colline a des yeux", très prisé mais que j'ai toujours trouvé très chiant.

Presse française

« Difficile d'aller plus loin dans le malsain, dans la description hyperréaliste d'actes particulièrement ignobles. » (Pierre Charles, Ciné-Choc, juin 1985)