Menu Fermer

Génériques de films américains

« À l’instant où le générique est lancé, c’est le film même qui commence. » (Otto Preminger)

Quelques noms de créateurs et filmographies
• Saul Bass, le créateur des génériques de "L'homme au bras d'or", "Sept ans de réflexion", "Sueurs froides", "Autopsie d'un meurtre", "La mort aux trousses", "Psychose", "Spartacus", "L'inconnu de Las Vegas" et "West side story" : "Des amis comme les miens", "Hollywood, Hollywood", "Broadcast news", "Big", "La guerre des Rose", "Les Affranchis", "Les nerfs à vif", "Doc Hollywood", "Mr. Saturday Night", "Le temps de l'innocence", "Fièvre à Columbus University", "Casino". Pour les génériques de films de Martin Scorsese : cliquer ici.
• Pablo Ferro, le créateur des génériques de "Docteur Folamour" (1964), "Bullitt" (1968) et "L'affaire Thomas Crown" (1968) : "Orange mécanique", "Stop making sense", "Beetlejuice", "L.A. Confidential", "Will Hunting".
• Olivier Kuntzel et Florence Deygas : "Catch me if you can".

Radio
Invité de l'émission de Jean-Baptiste Thoret et Stéphane Bou "Pendant les travaux, le cinéma reste ouvert" sur France Inter du 2 août 2012 sur le thème "Les génériques : pourquoi les films commencent-ils au début ?" : Alexandre Tylski.
A quoi servent les génériques ? Pourquoi certains tardent-ils à venir ? Et puis, quand le mot fin a-t-il disparu des écrans ?
Les films, nous dit-on, commencent au début. Certes. Mais où se situe réellement le début ? S’agit-il de la première séquence qui suit le générique, ce qui justifierait que certains spectateurs n’hésitent pas à arriver en retard dans une salle de cinéma, persuadés qu’ils n’ont rien manqué du film ? Ou bien débutent-ils dès la première image du générique, ou plus avant encore, avec le logo du studio, Universal, RKO ou encore Warner ? Au fond, à quoi servent les génériques, au-delà des informations qu’ils nous fournissent sur ceux qui ont participé à la fabrication du film ?
Pour (ré)écouter l'émission : cliquer ici.

Mini-série
Écrite et réalisée par Alexandre Vuillaume-Tylski, commandée depuis 2012 par Luc Lagier, rédacteur en chef de Blow Up (ARTE), elle est constituée d'épisodes de 5 minutes chacun qui mêlent commentaire et montage d'extraits de films. Cliquer sur les titres des épisodes.

• Les génériques de films de guerre
• Les génériques (des films) de super-héros
• Les génériques de films d’horreur
• Les génériques blaxploitation
• Les génériques de parodies
• Les génériques de science-fiction
• Il était une fois Saul Bass
Il était une fois Pablo Ferro
• Les génériques (des films) des années 90/2000
Le générique du film "Duel"
• Les génériques de Martin Scorsese
• Les génériques de David Fincher
• Les génériques des films de Woody Allen
• Les génériques chez Spike Lee
• Les génériques de Jim Jarmusch
• Les génériques de Sergio Leone
Les génériques de Stanley Kubrick
Les génériques de Wes Anderson
Les génériques de Paul Verhoeven
Les génériques de Tim Burton

Internet
• "Générique et cinéma", site français dédié aux génériques, dirigé et conçu par Alexandre Tylski : www.generique-cinema.net
• "We love your names", l'art du générique : weloveyournames.com
• "Art of the title" : www.artofthetitle.com
• Forget the film, watch the titles : www.watchthetitles.com
• Pour ne plus manquer la (vraie) fin des films : apreslegenerique.com
• Steven Hill's movie title screens page : www.shillpages.com/movies/index2.shtml

Ouvrages
• "Les plus beaux génériques de films"
Ouvrage écrit par Alexandre Tylski
Préface de Cédric Klapisch
2014, Editions La Martinière, 208 pages
Présentation : « Le générique des films, c’est la mémoire et la puissance motrice du cinéma. » Premier ouvrage du genre en France, richement illustré (plus de 500 images), parcouru de panoramas (du cinéma muet aux années 50/60, les films de Godard, les James Bond, etc.), études de génériques et leurs secrets de fabrication, et de nombreux témoignages.
• "Le générique de cinéma : histoire et fonctions d’un fragment hybride"
Ouvrage écrit par Alexandre Tylski
Histoire et théorie (enjeux) des génériques
2009, Presses Universitaires du Mirail, collection « Amphi 7 », 125 pages
• "Les cinéastes et leurs génériques"
Ouvrage collectif (direction des textes d'Alexandre Tylski)
Préface de Samuel Blumenfeld (Le Monde)
2008, L’Harmattan, collection « Champs Visuels », 276 pages