Menu Fermer

"Le Clan des irréductibles"

Sometimes I lives in the country, Sometimes I lives in town
Sometimes I take a great notion, To jump into the river an’ drown

Le clan des irréductibles - affiche

titre original "Sometimes a Great Notion"
année de production 1971
réalisation Paul Newman
scénario d'après le roman éponyme ("Et quelquefois j’ai comme une grande idée" en français) de Ken Kesey (1964)
photographie Richard Moore
musique Henry Mancini
interprétation Paul Newman, Henry Fonda, Lee Remick, Richard Jaeckel, Michael Sarrazin

La critique de Sébastien Miguel pour Plans Américains

La vie et les problèmes d’une vieille famille de bûcherons du fin fond de l’Oregon. Newman tente de retrouver la verve d’un Hawks et le punch d’un Walsh. Pari réussi !

Quelques maladresses techniques (plans de coupe bizarres, prises de vue à l’hélicoptère pas toujours gracieuses…), mais un traitement souvent brillant (étonnante séquence où les ouvriers commencent leurs journées par un tour en barque entre chien et loup).

Newman aime les acteurs et dirige magnifiquement ses collègues : Sarrazin est formidable en beatnik orphelin revenant vers les siens, Lee Remick (dans un personnage très bien écrit) est d’une grande justesse, et on aime aussi Richard Jaeckel (acteur fétiche d’Aldrich) particulièrement touchant dans un personnage finalement très éloigné de ses gros durs qu’il connaissait par cœur.

L’Amérique industrielle et ses maux (chômage, désespérance et violence…) poussent les représentants de l’Ouest d’antan vers la sortie. Le personnage du patriarche (Henry Fonda juste monumental !) apparaît comme le dernier représentant anachronique de cette Amérique idéalisée, légendaire.

La séquence où Richard Jaeckel, coincé sous un tronc d’arbre, voit progressivement l’eau monter autour de lui reste un magnifique moment de cinéma, un superbe morceau de bravoure.

Le clan des irréductibles - Richard Jaeckel

À l’image de son auteur, un très beau film humain et généreux.

Devant et derrière la caméra

"Le Clan des irréductibles" est le deuxième film de Paul Newman en tant que metteur en scène, et le premier dans lequel il est à la fois réalisateur et acteur (il ne jouait pas dans son premier long métrage "Rachel, Rachel"). Suivront "De l'influence des rayons gamma sur le comportement des marguerites" (1972), "L'Affrontement" (1984) et "La Ménagerie de verre" (1987).

Du roman à l'écran

"Le Clan des irréductibles" est la première adaptation pour le cinéma d'un roman de l'écrivain américain Ken Kesey. Suivra, cinq ans plus tard, celle de son roman "Vol au-dessus d'un nid de coucou" (1962), qui avait déjà été adapté au théâtre en 1963.

Le clan des irréductibles - générique