Menu Fermer

"Gorky Park"

Gorky Park - affiche

titre original "Gorky Park"
année de production 1983
réalisation Michael Apted
scénario Dennis Potter, d'après le roman de Martin Cruz Smith
photographie Ralf D. Bode
musique James Horner
interprétation William Hurt, Lee Marvin, Brian Dennehy, Ian Bannen, Joanna Pacula
récompense Prix Edgar Allan Poe pour Dennis Potter

Le titre du film

Il fait référence à un parc d'attractions de Moscou, le Parc Central de Culture et de Détente, plus connu sous le nom de Parc Gorki (Gorky Park en anglais), du nom de l'écrivain russe Maxime Gorki. Ouvert en 1928, ce parc comporte des aires de jeux pour les enfants, des manèges, une grande roue et l'une des maquettes (unités de test) de la navette spatiale soviétique Bourane.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Un film d'espionnage très dense et éprouvant, superbement interprété par Hurt et Marvin. Malgré quelques invraisemblances, on entre très vite dans l'intrigue et on finit par se laisser envoûter par la mise en scène d'Apted d'une redoutable efficacité.

La critique de Didier Koch pour Plans Américains

Venu de la télévision britannique, Michael Apted, qui a émigré à Hollywood à partir de 1980, est un réalisateur que l’on peut typiquement décrire comme un bon faiseur, sans que ce qualificatif revête une tonalité péjorative. Evoluant essentiellement dans le domaine du thriller, il met son savoir-faire au service des studios, allant même jusqu’à mettre en scène un James Bond de la période Pierce Brosnan. Jamais décevant, mais aussi jamais complétement convaincant comme avec "Gorky Park", tiré du roman éponyme de Martin Cruz Smith, adapté par son compatriote Dennis Potter.

Un matin, trois cadavres sont découverts aux abords du parc Gorki à Moscou. La peau du visage arrachée et les mains coupées, les corps sont impossibles à identifier. Arkady Renko (WiIliam Hurt), responsable de la police de Moscou, tente rapidement de laisser l’enquête au KGB, pensant que ces assassinats ont pu être commandités par les services secrets. La rencontre avec un témoin possible (Joanna Pacula), menacé comme lui, change la donne et oblige Renko à investiguer davantage pour remonter jusqu’à un riche homme d’affaires américain (Lee Marvin), très introduit dans le milieu politique moscovite.

L’enquête, plutôt bien construite et sans trop d’invraisemblances qui pourraient la lester, semble avoir pris la mesure du régime soviétique de l’époque et avance de fait sur un train de sénateur. Michael Apted ne parvient malheureusement pas à distiller un suspense propre à justifier la longueur que dure son film (plus de deux heures), perdant son temps dans des digressions qui s’avèrent un peu poussives. Ainsi, il ne tire pas le meilleur du casting de choix mis à sa disposition, avec un William Hurt alors au sommet de sa forme tout comme Brian Dennehy, ainsi que d’un Lee Marvin en fin de carrière, qu’il aurait sans doute fallu davantage stimuler pour en tirer le meilleur.

L’ensemble reste tout de même sympathique, même si l'on peut trouver à certains instants le temps un peu long. Peter Yates, Taylor Hackford, Bruce Robinson, Ridley ou Tony Scott, compatriotes générationnels de Michael Apted, auraient sans aucun doute donné la noirceur et le rythme requis pour ce "Gorky Park" manquant d’une solide colonne vertébrale.

L'affiche française de "Gorky Park"

Gorky Park - affiche

Gorky Park - générique