Menu Fermer

"Et au milieu coule une rivière"

Film écologiste d'un ennui distingué

Et au milieu coule une rivière - affiche

titre original "A River Runs Through It"
année de production 1992
réalisation Robert Redford
scénario Richard Friedenberg, d'après la nouvelle éponyme ("La Rivière du sixième jour" en français) et semi-autobiographique de Norman Maclean (1976)
photographie Philippe Rousselot
musique Mark Isham
interprétation Craig Sheffer, Brad Pitt, Tom Skerritt, Joseph Gordon-Levitt, Robert Redford (voix)
récompense Oscar de la meilleure photographie

Critique extraite de 50 ans de cinéma américain de Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon

Ou la pêche à la mouche comme école de la vie, comme manière d'appréhender la nature et le monde. Tel était le sujet du beau récit autobiographique de Norman MacLean, porté à l'écran par Robert Redford pour sa troisième réalisation * et sa meilleure à ce jour. Une direction d'acteurs attentive, sensible, une retenue pudique, une fin très émouvante, de magnifiques plans de nature (Oscar pour la photographie de Philippe Rousselot, pourtant moins réellement inspiré que chez Boorman) mais aussi un découpage plus explicatif que lyrique, une surabondance de cadrages serrés, monocordes, de plans trop courts, trop timides, de scènes sans point de vue. Le scénario de Richard Friedenberg discret, intelligent, recourt trop souvent au commentaire (celui de la fin est magnifique), réduit l'importance et la longueur des scènes de pêche pour ne pas dérouter le public, édulcorant la force vitale, la violence métaphysique qu'elles avaient dans le livre.

* après "Des gens comme les autres" et "Milagro"

Et au milieu coule une rivière - générique