Menu Fermer

"Windtalkers - Les messagers du vent"

titre original "Windtalkers"
année de production 2002
réalisation John Woo
interprétation Nicolas Cage, Peter Stormare, Mark Ruffalo, Christian Slater

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Un film de guerre d'une grande originalité et quand on connaît Woo, on sait que la violence sera au rendez-vous.

La critique de Sébastien Miguel

Un gros script de série B plombé par des personnages caricaturaux (Peter S. en grande gueule étoilée ou la ridicule Frances O'Connor en gentille infirmière). On aime aussi les scènes de tueries innombrables, interminables rappelant (en moins bien) les massacres spielbergiens. On se souvient aussi (et avec regret…) d’un film que Woo aurait dû voir et qui bénéficiait, lui, d’un budget plus que modeste : "Les maraudeurs attaquent" (1962), grand classique de Fuller.

Devant un ventilateur, Cage (légèrement plus mauvais que d’habitude) transpire à grosses gouttes et revoit la mort de ses hommes au combat. La steadicam aura balayé le visage des soldats sagement assis dans tous les sens peu de temps avant. Impressions pénibles de mouvements perpétuels, vains et inopportuns.

A la fin de ce produit de propagande sordide (le Pentagone a bien soutenu la production), Cage lance : « Bon, ça suffit : il y a eu trop de morts ! ». L’assassin parle des morts américains, bien sûr, et pas des combattants japonais. Les Japs ne bénéficient jamais de la moindre personnalisation et de la part d’un cinéaste immigré, c’est assez remarquable.

Woo, porté aux nues par une certaine frange de la critique française, est présent à chaque instant dans ce navet. D’un côté, il tente de rendre hommage aux minorités exploitées par les Etats-Unis (ici, les Indiens) et de l’autre, il utilise les pires ‘outils’ des pires films de propagande.

Assommant et nauséabond. Un supplice de tous les instants.