Menu Fermer

"There will be blood"

titre original "There will be blood"
année de production 2007
réalisation Paul Thomas Anderson
scénario Paul Thomas Anderson
photographie Robert Elswit
interprétation Daniel Day-Lewis
 
récompenses • Oscar du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis
Oscar de la meilleure photographie
Ours d'argent du meilleur réalisateur au festival de Berlin 2008
• Ours d'argent pour le compositeur Jonny Greenwood au festival de Berlin 2008

La critique de Citizen Poulpe : cliquer ici.

La critique de Pierre

C'est super. Daniel Day-Lewis est dément, il est de chaque scène et il est le sujet principal de toutes les scènes. Ça donne 2h40 de DDL dans un rôle vraiment en or massif.

C'est ambitieux, intéressant, original. Le production design est magnifique, surtout dans la dernière partie (la plus réussie à mon avis). Je suis plus réservé sur la musique, qui perpétue les expériences dissonantes de "Punch-drunk love" : il y a des moments où elle est extraordinaire et d'autres où je l'ai trouvée franchement irritante (c'est sans doute voulu).

Au final : faut le voir, c'est sûr.

L'avis d'Arnaud sur la bande originale

La partition du britannique Jonny Greenwood compte au nombre des singularités magnifiques de "There will be blood". Dès les premières images, le crescendo dissonant des cordes fixe l'attention, aux antipodes des arrangements fonctionnels et lénifiants ou des compilations de chansons populaires auxquels recourent la plupart des metteurs en scène hollywoodiens.

Jonny Greenwood est aussi guitariste du groupe Radiohead. Avant de rejoindre la formation de Thom Yorke, il a étudié la composition à Oxford. Quand le groupe lui laisse un peu de liberté, il compose des œuvres pour orchestre. On entend l'une d'elles, "Popcorn Superhet Receiver", au début du film. Son utilisation, jointe à celle de deux partitions du répertoire, le concerto pour violon de Brahms et une pièce d'Arvo Pärt, a disqualifié la partition de Greenwood pour l'Oscar de la meilleure musique originale...

T-shirt à commander sur lastexittonowhere.com
Couverture des Cahiers du cinéma de mars 2008