Menu Fermer

"Les maîtres de l'univers"

Musclor contre Skeletor et les Forces des Ténèbres

titre original "Masters of the universe"
année de production 1987
réalisation Gary Goddard
scénario David Odell, d'après la licence de Mattel de 1981 et la série TV animée de 1983-1985
musique Bill Conti
production Golan-Globus
interprétation Dolph Lundgren, Frank Langella, James Tolkan, Meg Foster, Chelsea Field, Courteney Cox

La chronique de Nanarland : cliquer ici.

La chronique de Gilles Penso : cliquer ici.

La critique de Sébastien Miguel

Échec artistique, commercial et critique, mais de plus en plus sympathique avec les années.

Herr Dolph, en bovin aryen, est inexistant, mais Frank Langella est splendide en Skeletor. Il cite Richard III et, derrière un ahurissant maquillage, campe avec flamboyance un dictateur névropathe. James Tolkan est aussi drôle que dans "Retour vers le futur", Meg Foster a toujours les yeux fluorescents, Chelsea Field ("Commando") est superbement athlétique et la toute jeune Courteney Cox, resplendissante de beauté.

Les costumes de Julie Weiss sont proches du délire fellinien et la photo colorée de Hanania Baer n’est pas en reste. Bill Conti assure, quant à lui, le minimum syndical.

Plus gros budget de la Cannon, mais totalement insuffisant pour rivaliser avec les productions pharaoniques de Gary Kurtz.

Goddard (dont c’est l’unique long métrage) parvient à insuffler un certain souffle à cette production qu’on devine apocalyptique. Le combat final, tourné en une journée et après 4 mois d’arrêt, est assez remarquable. Plus de décors, plus de figurants, mais un travail radical sur l’éclairage et les mouvements de caméra. La surprise finale, à la toute fin du générique, est aussi un joli hommage aux serials des années 50.

Véritable festival de mauvais goût, mais au final, une série B rythmée et très divertissante. Et pour un produit des années 80, c’est vraiment un exploit !

La suite abandonnée

Attention, spoiler ! La société Cannon Group avait prévu une suite (cf. indication après le générique de fin où Skeletor a en fait survécu à sa chute), pour laquelle Dolph Lundgren avait refusé de reprendre son rôle de Musclor et le surfer américain Laird Hamilton avait été choisi en remplacement. Le projet fut finalement abandonné, et le réalisateur Albert Pyun imagina alors le projet "Cyborg" et proposa à Cannon d'y utiliser les décors et costumes déjà conçus pour les amortir et produire un film à moindre coût.