Menu Fermer

"Les faucons de la nuit"

titre original "Nighthawks"
année de production 1981
réalisation Bruce Malmuth
scénario David Shaber
photographie James Contner
interprétation Sylvester Stallone, Rutger Hauer, Joe Spinell

La critique de Sébastien Miguel

« Comment nier le plaisir que procure ce film ? (…) La parfaite adéquation du style au sujet, l’organisation impeccable de l’ensemble, dans le droit fil du cinéma classique américain, le spectateur les ressent comme un équivalent du travail du héros, ce qui redouble le plaisir. » Alain Garsault dans Positif no 246 de septembre 1981.

Échec à sa sortie, mais film ‘culte’ pour quelques basanés anonymes (dont l’auteur de ces lignes).

Descendant d’Harry Calahan et de Franck Serpico, Stallone est Da Silva ! Une brigade spéciale d’infiltration composée de deux flics très impliqués parcoure les bas-fonds de New York. En Europe, un effroyable terroriste (Rutger Hauer, félin et séduisant) collectionne les meurtres et les attentats. Deux itinéraires, que tout éloigne, mais qui vont finir inexorablement par se télescoper.

Une construction particulièrement adroite. Une grande rigueur dans la narration qui avance avec intelligence et sans effet inutile. La ville de New York, le métro, le poids de la nuit sont très bien animés par Bruce Malmuth et la riche photo de James Contner. Da Silva, contre toute attente, n’est pas une grosse brute sanguinaire, mais un homme mesuré qui s’interroge ouvertement sur le bien-fondé de l’utilisation de la force.

La scène de la boîte de nuit où Da Silva reconnait par instinct le criminel, et la poursuite qui s’ensuit tournée par Stallone lui-même, sont des moments haletants de tension extrême. Le final stupéfiant (et subtilement annoncé par la toute première scène du film) reste un grand moment de cinéma. Stallone (juste et amaigri) est formidable.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Si on laisse de côté la fâcheuse tendance d'un certain cinéma américain à schématiser et à rendre presque débile un problème aussi complexe que celui du terrorisme combattu par un duo de flics peu crédibles devant le sujet, malgré leurs gros bras, il nous reste ici un film policier correctement fait et dynamique.