Menu Fermer

"Le Mans 66"

titre original "Ford v Ferrari"
année de production 2019
réalisation James Mangold
scénario Jez Butterworth, John-Henry Butterworth et Jason Keller
photographie Phedon Papamichael
musique Marco Beltrami
interprétation Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe, Noah Jupe, Tracy Letts, Remo Girone

Le titre français du film

Il fait référence aux 24 heures du Mans de 1966.

La critique de Sébastien Miguel

Hymne poignant au cambouis et à la clé à molette (sceptre glorieux que Matt Damon transmet au fils du héros à la fin).

Comme dans l'inoubliable "Le 15h17 pour Paris", les rednecks sauveront l'Univers !

Les courses sont impressionnantes (surtout en Dolby Atmos), Christian Bale est stupéfiant, les Italiens hurlent et transpirent sans être sous-titrés, les Français sont des poivrots brailleurs...

Le PDG (parfaitement immonde) n'est, en fait, qu'un petit enfant esseulé ayant grandi sans l'amour d'un père.

Alors, bien sûr, on meurt souvent brulé vif en roulant comme un con (mais filmé de loin et en hors champ), et les salopards viennent plus des services marketing que des organes dirigeants des grandes entreprises américaines.

Les femmes restent à la maison pendant que les hommes boivent, se battent et réparent les grosses cylindrées qui polluent la planète.

Les Américains (c'est les gentils avec lunettes de soleil et Stetson) sont bien un peu tricheurs, voleurs et menteurs, mais ils restent les seuls à ne jamais perdre de vue les vraies valeurs...

Tout ça est absolument BOULE-VER-SANT !

Un chef-d’œuvre pro-Trump.

Le Dolby Atmos

C'est le nom d'une technologie hybride de reproduction du son surround annoncée par Dolby Laboratories en , entre autres, au festival international du film de Cannes. Ce système de reproduction cinématographique n'est possible que pour le cinéma numérique.
En plus du format Dolby 5.1 ou 7.1 (horizontal), il apporte la gestion de la verticalité du son. Pour cela, le son est divisé en soixante-quatre canaux environ (cela varie d'une salle à l'autre), dont plusieurs basses.
Cette technologie a été utilisée en 2012 à la première du film d'animation "Rebelle". La première installation a été celle du Dolby Theatre à Hollywood, en Californie.

Couverture du American Cinematographer de décembre 2019