Menu Fermer

"La liste de Schindler"

Devoir de mémoire

titre original "Schindler's List"
année de production 1993
réalisation Steven Spielberg
scénario Steven Zaillian, d'après le roman de Thomas Keneally
photographie Janusz Kaminski
musique John Williams
interprétation Liam Neeson, Ben Kingsley, Ralph Fiennes
récompenses • Oscar du meilleur film
• Oscar du meilleur réalisateur
• Oscar du meilleur scénario adapté
• Oscar de la meilleure photographie
• Oscar de la meilleure direction artistique
• Oscar du meilleur montage
• Oscar de la meilleure musique

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Vision "hollywoodienne", fondée sur des faits authentiques, de la persécution des Juifs par les Nazis. Le film a suscité de vives réserves de la part d'anciens déportés, mais a été couronné de nombreux Oscars par les milieux cinématographiques.

Critique extraite de 50 ans de cinéma américain de Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon

Universellement salué comme la première manifestation - et le chef-d’œuvre - d'une maturité tardive, ce film exceptionnellement maîtrisé n'en est pas moins étonnamment spielbergien (ses rapports avec "Empire du soleil", voire avec le très contestable "La couleur pourpre", sont évidents, et il y a un peu d'Indiana Jones dans son Oscar Schindler). Dans l'histoire - fascinante, mais sans doute trop atypique pour être vraiment signifiante - de Schindler et de « ses » Juifs, Spielberg trouve matière à évoquer l'horreur absolue, « inconcevable », de l'Holocauste tout en préservant son « optimisme » proverbial. Malgré certains éléments discutables, le film parvient (ajoutons « presque » pour les plus exigeants) à nous convaincre que le génocide nazi peut sans indécence être représenté dans un film de fiction. Le style de Spielberg, curieusement vanté par certains pour sa sobriété (c'est sans doute l'effet du noir et blanc de la photo, pourtant fort peu « documentaire »), est aussi brillant, aussi virtuose que dans n'importe quel autre de ses films, mais cette virtuosité, très contrôlée, échappe à la gratuité, et donne l'impression de s'effacer derrière le sujet. Certains peuvent se sentir gênés par le plaisir esthétique que procure ce spectacle (Spielberg reste - quel que soit son sujet - un showman), mais c'est le plaisir engendré par toute véritable œuvre d'art, et "La liste de Schindler" en est incontestablement une.

Nouvelle affiche éditée pour le 25e anniversaire du film