Menu Fermer

"Knight of cups"

titre original "Knight of cups"
année de production 2015
réalisation Terrence Malick
scénario Terrence Malick
photographie Emmanuel Lubezki
interprétation Christian Bale, Natalie Portman, Cate Blanchett, Antonio Banderas, Brian Dennehy,
Armin Mueller-Stahl, Ryan O'Neal, Freida Pinto

La critique de Sébastien Miguel

Âme errante dévorée par le vide existentiel.

Le retour d’un père brutal aux mains maculées de sang (Brian Dennehy, gigantesque), d’un frère paumé et la valse sans fin des femmes à la beauté interchangeable (Teresa Palmer, Natalie Portman, Imogen Poots, Halle Arbaugh) n’apporteront aucun salut au triste personnage principal (Christian Bale, idéal). Même un ange de miséricorde (Cate Blanchett, superbe) et une ondine rêvée (Freida Pinto, aérienne) n’éclaireront que subrepticement ce tumulte infernal de visions de fin du monde.

Espoir final, pourtant, quand Malick utilise la paternité comme symbole de renaissance.

Poème visuel aux images époustouflantes (formidable utilisation des courtes focales anamorphosantes par Emmanuel Lubezki), nappages musicaux fabuleux : la sublime Fantasia de Vaughan Williams (déjà présente dans "Master and commander"), "La mort d’Ase" du norvégien Grieg ou le saisissant "Exodus" de Kilar. Autant de déchaînement poétique de la part d’un cinéaste qui se refuse, plus que jamais, à obéir à la sacro-sainte efficacité narrative traditionnelle.

Très proche de "À la merveille" dans sa forme, "Knight of cups" établit aussi des correspondances étroites avec d’autres œuvres du maître : "The tree of life", avec le père frustré et violent, et "Le nouveau monde" grâce à Freida Pinto dont la beauté rappelle celle de Pocahontas (Q'orianka Kilcher).

Une œuvre innovante et magnifique.