Menu Fermer

"Horizons lointains"

What they needed was a country big enough for their dreams.

titre original "Far and away"
année de production 1992
réalisation Ron Howard
photographie Mikael Salomon
musique John Williams
interprétation Tom Cruise, Nicole Kidman, Cyril Cusack, Robert Prosky, Colm Meaney,
Brendan Gleeson

La critique de Sébastien Miguel

Superproduction hollywoodienne à la gloire du scientologue Tom et de la splendide Nicole, actrice d’une beauté et d’une sensualité à couper le souffle surtout lorsqu’elle menace son futur amant d’une fourche acérée.

Un yes man doué, une musique sirupeuse de John Williams, une photo admirable de Mikael Salomon, en bref : une fresque passée à la moulinette du conformisme et de la réécriture de l’histoire ! Oui : l’Amérique était une terre d’accueil où tous les immigrés avaient leurs chances. Mouais…

La plupart des ficelles scénaristiques (fille de riche amoureuse d’un prolo, fiancé vindicatif…) se retrouveront sans peine dans le "Titanic" de Cameron. Quelques jolies seconds rôles cependant avec Robert Prosky, Colm Meaney et surtout la dernière apparition du magnifique Cyril Cusack, acteur chez Reed, Powell, Truffaut ou Ritt *.

Même la grandiose chevauchée du Land Run de 1893, tournée en 70 mm, n’offre qu’une impression de déjà-vu. Notamment dans un mauvais Anthony Mann : "La ruée vers l’Ouest" (1960), western tourné aussi en 70 mm.

Présenté en Sélection officielle lors du festival de Cannes 1992, le film reçut un accueil si négatif que les vedettes attendront quelques années avant de revenir en vacances dans les Alpes-Maritimes.

On retrouvera, tout de même, les restes d’un souffle épique et romanesque dans la jolie chanson d’Enya Brennan, "Books of day".

Sur un sujet en tout point identique, (re)voir "La porte du paradis", dont "Horizons lointains" est l’envers exécrable…

* l'irlandais Cyril Cusack, décédé en 1993, a notamment joué dans "L'espion qui venait du froid", "La Renarde" et "Fahrenheit 451"