Menu Fermer

"À la merveille"

titre original "To the wonder"
année de production 2012
réalisation Terrence Malick
scénario Terrence Malick
photographie Emmanuel Lubezki
interprétation Ben Affleck, Olga Kurylenko, Rachel McAdams, Javier Bardem

La critique de Sébastien Miguel

Refus radical de la narration classique. Mise en scène sensuelle, à la fois distante et caressante, à base de travellings incessants, de panoramiques renversants. Le champ sonore s’emplit de voix entremêlant les langues (français, anglais, russe, espagnol…), sans rapport immédiat avec les images qu’elles accompagnent. Extraordinaire précision de l’éblouissante photo d’Emmanuel Lubezki.

Pour la première fois, Terrence Malick filme le désir charnel, les rapports sexuels, la violence conjugale destructrice.

Le cinéaste abandonne la dimension métaphysique (et les dinosaures numériques) de "The tree of life" pour laisser la place à une réflexion spirituelle sur l’amour terrestre et l’amour divin. Malick contemple désolé, mais sans haine ni colère, ses créatures errer sans espoir vers un salut qui se dérobe. Magnifique interprétation de Javier Bardem en prêtre s’interrogeant sur la foi et le silence de Dieu.

Musique sacrée (le concerto pour piano n°2 en fa majeur de Chostakovitch, "L’île des morts" de Rachmaninov, le prélude de "Parsifal" de Wagner…), scènes incroyables d’une poésie échevelée (le silence des amants méditatifs entourés d’imposants bisons, l’héroïne traversant le chaos nocturne et sans vie de La Défense, la maison morte de Rachel McAdams parcourue de travellings glaçants).

Une œuvre d’une richesse inépuisable et, dans un sens, bien plus humble et équilibrée que "The tree of life". Un poème-prière envoûtant. Celui d’un esprit universel.