Menu Fermer

"La bête de guerre"

titre original "The beast of war"
année de production 1988
réalisation Kevin Reynolds
scénario William Mastrosimone, d'après sa propre pièce "Nanawatai"
musique Mark Isham
interprétation George Dzundza, Jason Patric, Stephen Baldwin
 
récompense Prix du meilleur film au Festival international du film de Cleveland

La critique de Sébastien Miguel

Dénonciation implacable des actes de barbarie commis en temps de guerre, et de la tragique perte d’humanité qui s’en suit, "La bête de guerre" reste certainement l’un des meilleurs films de guerre des années 80.

Par sa brutalité, son absence de concession et de manichéisme, Reynolds (dont c’est sans conteste le plus grand film) se rapproche du Aldrich de "Attaque!" (1956) ou du Fuller de "J'ai vécu l'enfer de Corée" (1951). Ni anti-rouge, ni pro-afghan, le film finit par mettre dos à dos les deux camps unis dans la même démence, la même folie meurtrière.

Le tank, symbole limpide de la déshumanisation de la guerre, ressemble à un animal traqué auquel les vastes étendues désertiques ne laisseront aucune échappatoire possible.

Excellente partition synthétique de Mark Isham aux tonalités élégiaques et crépusculaires.

Ravagé par la paranoïa et l’instinct de mort, George Dzundza est impressionnant. Son monologue sur sa ‘formation’ dans les ruines de Stalingrad, sous les panzers nazis, reste un grand moment de cinéma.

Série B marquante et très grand film de guerre.

La bête de guerre - photo 3 La bête de guerre - photo 4
La bête de guerre - photo 5 La bête de guerre - photo 2
La bête de guerre - photo 11 La bête de guerre - photo 9
La bête de guerre - photo 7 La bête de guerre - photo 8