Menu Fermer

"Break Street 84"

titre original "Breakin'"
année de production 1984
réalisation Joel Silberg

La critique de Sébastien Miguel

Trop bien, les années 80.

Pantalons fluorescents, tennis au top, bracelets cloutés et T-shirts moulants. Et le hip hop ou le break ou breakdance. Superbe lumière sur la plage de Venice (merci à Hanania Baer). Pas de conflit, pas d’intrigue (pas mal quand on pense que le générique crédite au moins trois scénaristes !). Non, juste quelques potes qui montent un groupe de breakdance.

Le danger de faire des films à la mode, c’est qu’ils dépérissent. Comme les modes, justement. Et le poids des années est souvent impitoyable avec ce genre de nanar. Mais le but des Golan-Globus n’est pas vraiment de refaire "L’année dernière à Marienbad", juste de récolter un max de fric en torchant un produit minable à la va-vite. Pari réussi. Même si les affreux zozos auront moins de chance, quelques années après, avec leur "Lambada"…

Pour les fans du génie intemporel, notre Jean-Claude bien aimé apparait dans le film ! Combinaison noire moulante, biscotos luisants, il fait l’imbécile en se dandinant au son de l’admirable "Freakshow on the dance floor" de The Bar Kay. Des efforts, il en fait, le Jean-Claude, et il sera effectivement remarqué par le gros Golan. Une magnifique carrière hollywoodienne s’ouvrira à lui avec "Karaté tiger", "L’arme absolue", "Cyborg"…

C’était vraiment bien, les années 80.