Menu Fermer

"John Wick"

titre original "John Wick"
année de production 2014
réalisation Chad Stahelski
interprétation Keanu Reeves, Willem Dafoe, John Leguizamo
   
suite "John Wick 2", Chad Stahelski, 2017

La critique de Didier Koch

Keanu Reeves, acteur dont la réputation s'est bâtie sur l'inexpressivité de son jeu, constitue à ce titre un phénomène. Alors que sa carrière est au ralenti depuis plus d'une décennie, il parvient à la relancer à plus de cinquante ans en devenant à l'écran, grâce à "John Wick" de Chad Stahelski et David Leitch, l'un de ces personnages de jeu vidéo prenant vie pour massacrer des bonshommes par procuration, guidés par la main plus ou moins experte placée derrière l'écran de contrôle.

L'acteur semble donc avoir enfin trouvé son emploi à travers un rôle qui, d'un seul coup, semble donner un sens à ce long chemin parcouru au sein de l'industrie cinématographique sans avoir jamais pu imprimer une quelconque image à laquelle le spectateur puisse se rattacher ou s'identifier. Cette soudaine et inattendue résurrection, qui lui vient essentiellement d'un public biberonné aux consoles vidéo, en dit long sur ce qu'est en train de devenir le 7ème art qui, après avoir laissé la meilleure part des scénarios innovants et intelligemment construits aux séries télévisées, en vient à tenter de se réinventer en devenant, à grand renfort d'effets spéciaux, un simple prolongement de l'univers vidéo.

Si tout est magnifiquement filmé et réserve quelques traits d'humour plutôt bien sentis ainsi que quelques trouvailles scénaristiques cocasses, on se demande tout de même à la fin de ce jet quasiment ininterrompu de fusillades qui constitue en soi une expérience, si le pari mercantile fait par les producteurs sera payant à long terme. En effet, finira immanquablement par manquer aux geeks, l'interactivité.

Pour le moment, la suite déjà sortie et celle qui s'annonce semblent infirmer cette prédiction. Si la trajectoire engagée se confirme, il faudra se résoudre à ce que l'avenir de l'invention des frères Lumière ne soit pas très réjouissant. Keanu Reeves devenu John Wick aura alors peut-être été l'un des grands fossoyeurs de ce qui avait été pendant plus de cent ans un art majeur.