Menu Fermer

"The good German"

titre original "The good German"
année de production 2006
réalisation Steven Soderbergh
scénario Paul Attanasio, d'après le roman "L'ami allemand" de Joseph Kanon
photographie Steven Soderbergh
montage Steven Soderbergh
musique Thomas Newman
interprétation George Clooney, Cate Blanchett, Tobey Maguire, Beau Bridges, Robin Weigert

La critique de Sébastien Miguel

Échec critique et public total pour cette œuvre d’une stylisation extrême.

Quelques objectifs : 50, 40, 32, 28 et 24 mm. Décors en cartons, extérieurs tournés sur les backlots de la Warner. Pellicule couleur Kodak et contretype numérisé en noir et blanc afin de renforcer la profondeur de champ. Contraste fortement appuyé pour les extérieurs. Transparences pour les scènes de voitures, stock shots d’époque et jeu théâtral des acteurs. Un hommage visuel au glamour des années 40 et une belle affiche pastichant celle de "Casablanca" de Curtiz. Voilà pour la forme.

Le fond ? Les dévastations du IIIe Reich, les visions d’apocalypse d’un Berlin en ruine illustrent l’état de déliquescence d’une humanité sordide. Compromissions après compromissions : le cinéaste condamne, tour à tour, tous ses personnages. Étonnante utilisation de trois voix off. Un amoureux tente de sauver une femme qu’il ne connait plus (Clooney, parfaitement dépassé), le GI au visage d’enfant n’est qu’une brute dont les pulsions bestiales ne peuvent être contenues (Tobey Maguire dans son meilleur rôle).

Reste la femme. Demi-juive aux abois dans un morbide dédale kafkaïen, elle se prostitue, ment, tue et manipule. Ambiguïté ultime : cet individu sinistre ondule avec la grâce et la fragilité de Cate Blanchett. Accent dietrichien, cheveux et pupille d’une noirceur sans fond.

Soulignant avec vigueur les atrocités des nazis (seul film américain à évoquer le camp de concentration Dora !), Steven Soderbergh n’oublie pas de dénoncer les aides accordées aux bourreaux du IIIe Reich par une Amérique prête à tout pour combattre le péril rouge.

Analyse clinique de l’ambivalence morale et remarquable scénario de Paul Attanasio.