Menu Fermer

"Master and commander : de l'autre côté du monde"

The courage to do the impossible lies in the hearts of men.

titre original "Master and commander: the far side of the world"
année de production 2003
réalisation Peter Weir
scénario Peter Weir
photographie Russell Boyd
interprétation Russell Crowe, Paul Bettany
récompenses • Oscar de la meilleure photographie
• Oscar du meilleur montage de son

La critique de Sébastien Miguel

Manœuvrant son blockbuster hollywoodien comme une frêle embarcation, l'australien Peter Weir signe le chef-d’œuvre de sa carrière américaine.

On pense à David Lean pour l’admirable agencement de la narration, l’utilisation de moyens gigantesques, la splendeur de la reconstitution historique. Lean, encore, dans l’attention inouïe portée au moindre second rôle. L’opposition entre l’homme de guerre et l’homme de science annonce le changement d’une époque et une appréhension plus sensible du monde.

Master and commander, de l'autre côté du monde 2 Master and commander, de l'autre côté du monde 3

L’intelligence de traitement rappelle "Gallipoli" (1981) et l’équilibre est parfait entre les plages de calme contemplatif (l’exploration des Galápagos) et les époustouflants morceaux de bravoure (attaque surprise de l’Achéron, tempête au cap Horn).

Master and commander, de l'autre côté du monde 5 Master and commander, de l'autre côté du monde 4

Optant pour des effets spéciaux transparents, Weir préfère les complaintes des vieux maîtres aux tonitruantes bandes sonores d’aujourd’hui. Bach, Corelli, Mozart enveloppent le périple guerrier et intimiste de Jack Aubrey. Magnifique.

Master and commander, de l'autre côté du monde 1