Menu Fermer

"L'invasion des profanateurs"

1er remake de "L'invasion des profanateurs de sépultures"

titre original "Invasion of the body snatchers"
année de production 1978
réalisation Philip Kaufman
scénario d'après le roman de Jack Finney
photographie Michael Chapman
maquillage Tom Burman
interprétation Donald Sutherland, Brooke Adams, Jeff Goldblum, Leonard Nimoy, Veronica Cartwright, Kevin McCarthy, Robert Duvall, Don Siegel, Philip Kaufman
récompense Antenne d'or au festival international du film fantastique d'Avoriaz 1979
version précédente "L'invasion des profanateurs de sépulture", Don Siegel, 1956, États-Unis
versions suivantes • "Body snatchers", Abel Ferrara, 1993
• "Invasion", Oliver Hirschbiegel, 2007

La chronique de Gilles Penso : cliquer ici.

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Remake du film de Siegel, efficace mais inférieur à l'original.

La critique de Pierre

Dans la famille "Body snatchers", je demande la version 70's, réalisée par Philip Kaufman ("L'étoffe des héros"), avec Sutherland père, Brooke Adams ("Dead zone"), Goldblum et Leonard "Spock" Nimoy.

Bon, l'histoire est connue, c'est un grand thème de l'histoire du cinéma fantastique, qui marche à tous les coups. Comme toutes les histoires universelles, c'est adaptable à toutes les époques. Ainsi, alors que la version des années 50 était une charge anti-communiste primaire, l'idée du film est ici complètement inversée, pour rattacher le film à la mouvance paranoïaque des années 70 façon Pakula. Histoire de bien faire comprendre, les personnages n'arrêtent pas de dire au début "C'est un complot". Et Sutherland de parler à Brooke Adams de son mari, récemment assimilé par les E.T. : "Il est devenu un dangereux réac' !". Ça me va bien.

Par ailleurs, la photographie du film, très sombre, est très réussie, et les acteurs talentueux (Sutherland décidément génial). Le film insiste beaucoup sur l'aspect végétal des envahisseurs, qui rend le phénomène de leur assimilation particulièrement dégueu. Et quelle fin !

Mais dans mon souvenir, c'est la version de Ferrara de 1993 la meilleure, faut que je la revoie.