Menu Fermer

"L'étalon noir"

titre original "The black stallion"
année de production 1979
réalisation Carroll Ballard
photographie Caleb Deschanel
musique Carmine Coppola
production Francis Ford Coppola
récompense Oscar du meilleur son

Critique extraite du Guide des films de Jean Tulard

Les films pour enfants sont trop rares pour ne pas signaler les qualités de ce très beau film, particulièrement émouvant, qui mêle, avec bonheur, aventures et amitié.

La critique de Didier Koch

Coppola a produit cette adaptation d'un roman célèbre de la littérature pour enfant américaine. Carroll Ballard, jusqu'alors spécialisé dans le documentaire, se voit offrir cette opportunité après avoir été assistant réalisateur sur "Star wars". Le livre de Walter Farley publié en 1941 avait été un immense succès mondial, qui connaîtra une vingtaine de suites et trois adaptations cinématographiques.

La relation d'un enfant avec un animal aura souvent fait le miel d'Hollywood, notamment avec la série des Lassie ou le feuilleton Rintintin. Ballard, fort de son passé dans le documentaire, veut laisser avant tout parler les images et sa première partie, la meilleure, est une formidable ode à la nature où le cheval sauvage et le jeune Alec, tous deux rescapés d'un naufrage, apprennent à s'apprivoiser sur les rivages d'une île déserte (Sardaigne). Sans parole et sans aucun artifice autre que la beauté des paysages et la majesté de l'étalon noir (interprété par un Cass Ole, un célèbre pur sang arabe), nous est proposé cette vivifiante et poétique rencontre entre deux solitudes qui doivent apprendre à survivre ensemble.

La deuxième partie du retour à la civilisation, si elle reste sympathique, est plus convenue, avec la présence de Mickey Rooney, ancien jockey qui entreprend de se servir de la relation magique entre Alec et son étalon noir pour remporter une course à laquelle il n'a pas pu participer au temps de sa splendeur. Rooney qui nous rappelle ici que lui aussi, dans sa prime jeunesse, avait participé à un film sur l'équitation avec "Le Grand National" de Clarence Brown en 1944. Sa prestation remplie d'humanité sera récompensée par une nomination pour l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

La filmographie très ramassée de Carroll Ballard suivra la même veine avec, quatre ans plus tard, le magnifique "Un homme parmi les loups'" pour les studios Disney.

A noter que Carmine Coppola, le père du réalisateur, compose la bande-son du film.