Menu Fermer

"Dog eat dog"

titre original "Dog eat dog"
année de production 2016
réalisation Paul Schrader
scénario Matthew Wilder, d'après le roman d'Edward Bunker
photographie Alexander Dynan
interprétation Nicolas Cage, Willem Dafoe, Christopher Matthew Cook, Paul Schrader

La critique de Didier Koch

S'il restera dans l'histoire du cinéma comme le génial scénariste de "Taxi driver", Paul Schrader, qui est passé à la réalisation quasiment à la suite du succès immense du film après sa Palme d'or à Cannes avec le très réussi "Blue collar", compte désormais 21 longs métrages à son actif. S'il a connu quelques succès publics ou critiques avec "American gigolo", "La Féline" et "Mishima" (1985), il est progressivement retombé dans un quasi-anonymat.

Depuis le début des années 2000, il continue malgré tout à tourner des films de genre à petits budgets dans lesquels il parvient à réunir quelques stars à forte personnalité, connues dans les années 1980 et dont l'heure de gloire est un peu passée. Ainsi, Nick Nolte, Christopher Walken, Steve Buscemi, Willem Dafoe ou Nicolas Cage ont récemment œuvré sous la direction du réalisateur-scénariste, dont l'approche des sujets est souvent iconoclaste et radicale à défaut d'être toujours aboutie.

"Dog eat dog", qui réunit Nicolas Cage, Willem Dafoe et Christopher Matthew Cook pour un thriller plutôt déjanté, est dans ce registre une très bonne surprise. Le scénario, inspiré d'un roman éponyme d'Edward Bunker publié en 1995, met en scène un trio de pieds nickelés, dont les exploits permettent à Willem Dafoe et Nicolas Cage de cabotiner à qui mieux mieux pour le plus grand plaisir de ceux qui apprécient leur sens de l'autodérision.

Réunis à nouveau après la sortie de taule de Troy (Nicolas Cage), les trois lascars, qui ne rechignent pas sur une ligne de coke réparatrice, sont à la recherche de petits boulots leur permettant de mettre rapidement du beurre dans les épinards. C'est Greco le Grec, joué par Paul Schrader lui-même faute d'avoir pu convaincre Christopher Walken, Nick Nolte, Martin Scorsese ou Michael Douglas d'endosser le rôle, qui se chargera de les alimenter. Les choses vont bien sûr tourner rapidement au fiasco.

L'histoire n'est certes pas nouvelle, et c'est le traitement quasiment psychédélique qu'en propose Schrader qui en fait tout l'intérêt, avec notamment une entame qui donne immédiatement le ton, voyant Mad Dog (Willem Dafoe), le plus cinglé de la bande, passer méchamment à tabac sa maîtresse et sa fille lors d'une scène hallucinatoire à ne pas mettre devant des yeux trop chastes. Tout le reste est à l'avenant, avec un Nicolas Cage à son meilleur et un Willem Dafoe grandiose en petite brute sanguinaire qui cherche à tout prix un confident acceptant de l'aider à s'acheter une conduite (!!!).

Souvent drôle, quelquefois dérangeant, "Dog eat dog" rappelle une fois encore les convictions chrétiennes d'un Paul Schrader, dont la contradiction n'est pas la moindre de ses qualités créatives. Un petit bijou de série B à réserver aux adeptes du second degré.