Menu Fermer

"Basic"

titre original "Basic"
année de production 2003
réalisation John McTiernan
scénario James Vanderbilt
photographie Steve Mason
interprétation John Travolta, Connie Nielsen, Samuel L. Jackson, Giovanni Ribisi, Harry Connick Jr.

La critique de Sébastien Miguel

Dernier film de McTiernan.

Après l’effroyable "Rollerball", une nouvelle commande, mais vendue bêtement par les producteurs comme un film d’action militaire. Échec aux États-Unis, en France… partout.

On craint par moment une énième relecture de "Rashōmon" (comme les mauvais "L’Outrage", "À l’épreuve du feu"…), et bien non !

McTiernan et son scénariste James Venderbilt multiplient les rebondissements, les mises en abîmes. Le McGuffin semble se démultiplier à l’infini… Le cinéaste, au sommet de son écriture cinématographique, se joue de tous les clichés du film d’interrogatoire. Les mouvements de caméras, éblouissants, rompent avec la routine traditionnelle des champs-contrechamps : ici, c’est moins les réponses des suspects qui comptent que l’effet qu’elles produisent sur les personnages qui interrogent, Travolta pour une fois excellent en sombre magouilleur vaguement corrompu.

Le film baigne dans un climat apocalyptique cauchemardesque (les flashbacks lors du cyclone, la pluie perpétuelle lors des interrogatoires, la présence/absence de Samuel L. Jackson, terrifiant en psychopathe fou), le tout servi par une photo étonnante de Steve Mason.

Le final fait de l’héroïne (Connie Nielsen magnifiquement servie par McTiernan) un personnage de conte de fée. Passant de l’autre côté du miroir, elle croise une sarabande de monstres avant de voir les morts revenir à la vie, McTiernan utilisant le Bolero de Maurice Ravel comme touche d’humour finale.

Responsable de grands classiques du cinéma commercial américain ("Piège de cristal", "Predator" ou "Octobre Rouge"), mais aussi auteur de navets dispendieux ("Last action hero", "Medecine man" ou "Rollerball"), McTiernan achève son parcours par une note ironique.

Déroutant et brillant.